Archives de Tag: imprimerie

Immersion linogravure en collège :

Il y a peu, un enseignant en art plastique est venu à l’atelier me présenter son projet pédagogique : « le portrait en noir et blanc sous l’angle de l’ombre et de la lumière ». De mon coté, je vais participer à une exposition sur un thème très voisin : « lumières, lumières » : nous étions faits pour nous rencontrer.

On a travaillé sur le projet, chacun de son côté : lui, des portraits mis en scène avec les élèves, en travaillant sur les éclairages, et de mon côté, le portrait de ma douce, en travaillant les ombres et la lumière.

On s’est retrouvé ces jours-ci au collège, et j’ai apporté les rudiments de la gravure en relief à des élèves, ravis de l’aubaine qui venait perturber l’agencement initial de leur semaine de cours !

Le premier jour, on a gravé des lignes, des courbes et des points, histoire de comprendre ce que demain nous réservait avec les « vrais » portraits, puis on a reporté les images de leurs photos en noir et blanc sur les plaques de lino.

le collège, premier jour .jpg

Le deuxième jour, on a gravé « pour de vrai » leurs images : pas trop d’appréhension, ils savaient que les parties difficiles, déjà remarquées : nez, bouche et yeux seraient soit complètement gravées par l’artiste intervenant, soit améliorées par le même. Les deux groupes ont réussi à graver et à imprimer dans la foulée, seuls quelques élèves finiront le troisième jour !

le collège deuxième jour.jpg

Le troisième jour, on a rangé les gouges, place aux presses ! J’ai apporté une petite presse Freinet, spécialement conçue pour l’école, et une Tiflex à rouleau, en aluminium, facile à transporter et à utiliser. Alors, on a travaillé collectif : en quatre feuilles, on a regroupé leurs 23 estampes selon des critères esthétiques ou graphiques. Le résultat est au niveau de nos espérances, et on exposera les œuvres des élèves en même temps que la mienne (Cathy en noir et blanc) à Châteaubriant, au Marché Couvert, lors de l’exposition « lumières lumières », du jeudi 17 mai, au 30 mai.

le collège jour 3.jpg

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Ma douce en linogravure dure !

visage noir eet blanc

 

Et voilà ! Ma douce Cathy linogravée en Noir et Blanc, sans nuances, tout ça parce que je participe bientôt à une exposition dont le thème est « lumières, lumières ».

Bien. Mais ce n’est pas tout, il y a peu, un professeur d’art plastique qui travaille avec ses élèves sur le thème de l’ombre et la lumière est venu me demander si on pouvait faire quelque chose ensemble.

On le fait ! Et je ne tarderai pas à vous en parler plus en détail, quand j’aurai réintégré mon atelier, parce que là, maintenant, je suis au collège, en 5èmeD, et ça me rajeunit : depuis quelques jours, je parle 12 ans, ou 5ème  les gravures sont « top, stylées, trop bien » et moi et moi et moi ? 

À bientôt !

Tagué , , , , , , , ,

Linogravure au château de Goulaine

Une virée au château de Goulaine !

Après avoir harpe-hanté dans tous les sens le château de « La Groulais » de Blain, j’ai redécouvert le château « de Goulaine » pour une escapade JEMA : Les Journées Européennes des Métiers d’Art.

Histoire de présenter, expliquer, démontrer mon métier aux multiples facettes, d’artiste – créateur – graveur – imprimeur … d’images, ou « d’ymaiges », château renaissance oblige !

jean pierre jema.jpg

Le temps, d’un caractère plutôt maussade, faisait mauvaise impression …  Mais il n’a pas découragé les visiteurs, nombreux, intéressés, quasiment impliqués parfois. Alors, parmi les autres artisans d’art et artistes présents, j’ai imprimé, un peu gravé, et beaucoup parlé, expliqué, et aussi sans aucune gravité, bien ri aussi !

les imprimeurs ravis.jpg

À un moment deux anciens confrères se sont emparés du stand et ont expliqué à leur façon le métier, riants et confiants, parmi les airs réjouis des visiteurs, heureux de voir un instant l’artiste dépossédé de son propos !

Mes déclinaisons sur la harpe ont d’abord intrigué puis amusé, et enfin vraiment intéressé le public, qui a « joué » à découvrir d’autres jeux !

mes visiteuses d'un autre siècle.jpg

Enfin, sans malice aucune (vous me connaissez!) j’ai exposé mes trains, mes locos, et clous de l’expo, « le retard du chef de gare » et « la charmeuse de train » sans que quiconque y voie le moindre avis sur le devenir des chemins de fer français !

Tagué , , , , , , , ,

L’écharpe linogravée

L’écharpe

Aujourd’hui, impression de la femme à l’écharpe : instants émouvants quand le projet se concrétise enfin sur le papier !

Je suis content : c’est bien ce que j’attendais !

Écharpe papier.jpg

Déjà, sous la presse, l’encrage de la plaque augurait d’un bon résultat :

impression écharpe.jpg

Tagué , , , , , , ,

La linogravure sans pouce

Hello !

Je vous disais récemment que mon pouce gauche soudainement adepte de la chaleur intense du four à pain m’avait un peu laissé de côté pour vivre sa vie.

Alors, ne pouvant graver, ou que de façon vraiment « malagauche », j’ai décidé d’imprimer, et de tenter de nouvelles techniques.

Comme j’avais presque terminée la gravure pour l’affiche de Blain, je l’ai quand même achevée (au sens honorable du terme) et j’ai essayé de l’imprimer en superposition, noire et grisé avec une rotation de 90°. J’ai tâtonné, (je dirai bien« pouçonné ») et j’ai fini par réussir à imprimer ce que je désirais !

Alors, comme ça marchait bien, j’ai continué à imprimer en dehors des sentiers battus : je voulais avoir une « har-pie » dans l’autre sens, mais comme je ne peux graver (pour l’instant) une idée s’est insinuée doucement : et si j’utilisais le tirage en cours pour l’imprimer aussitôt sur une autre feuille ?

J’aurai alors deux pies en vis-à-vis ! J’ai choisi un papier assez fort, bien calandré, très lisse pour qu’il n’absorbe pas trop d’encre et sans retirer la feuille imprimée de la presse, j’ai ôté la plaque gravée, placé à la place une plaque légèrement moins haute et posé une feuille du même papier en repérage de la feuille imprimée, et hop, pressé les deux feuilles l’une contre l’autre, et au bout de quelques essais, merveille, ça marche !

P1020892.jpg

Formidable, vite, vite, d’autres idées à venir pour ne pas rester benêt au pouce inerte dans l’atelier !

Tagué , , , , , , , ,

Une Harpie en linogravure

Je participe à un festival consacré à la harpe, et mes  gravures  actuelles sont guidée par le thème des harpes-animaux, alors, après avoir créé la « K-harpe » je travaille sur la « Harpie ».

C’est ma troisième gravure de harpes, et ma main s’est « faite » à la gravure des cordes, comme le format est plus petit, je n’ai pas rencontré de difficulté ici.

Le dessin a vite progressé pour arriver à ce que je désirais : mais c’est quand même l’impression des premières estampes qui a confirmé mon choix initial.

La linogravure fait 10/12 cm imprimée sur une feuille de 180g/cm2, de 18/24 cm, encre « vignette » noire, tirée sur presse Vandercook 62/90cm, un peu de luxe pour un si petit format !

la harpie mars 2018

Tagué , , , , , , ,

Bientôt noël à la Bergerie

Sur mon dernier article, j’étais resté sur mon attirance vers l’univers Steampunk, cette « sous-culture » rétro-futuriste. En y réfléchissant, bien, je reconnais que je suis attiré par les vieilles machines, leurs mécanismes bien visibles, les engrenages luisant d’huile, et les mouvements saccadés des bielles et des cames de mon antique presse « Tip Top ».

Alors, ma nouvelle carte professionnelle portera une loco !

Comme je fais des Portes Ouvertes à l’atelier à l’occasion des fêtes de fin d’année, j’ai préparé une affiche, et cette année, mon visuel sera un Père Noël un peu spécial : comme il ne peut plus se promener en traîneau avec ses rennes, en raison du réchauffement climatique, il a choisi une motocyclette, équipée d’un pot d’échappement qui expulse les cadeaux , un peu rock’n roll !

Tagué , , , ,

Patrimoine, Château, typo, offset et linogravure

 

Bonjour !

Dimanche 17 Septembre, je suis au Château de Blain !

C’est la journée du patrimoine, et en plus, c’est mon anniversaire !

On a fêté ça dans l’atelier de l’imprimerie ancienne, au milieu des presses, des massicots, et des casses d’imprimerie.

J’ai réalisé la première estampe en public de ma jolie nana joliment bronzée, allongée sur la plage, sous un parasol, avec comme titre « l’île au trésor » mais … protégée par … un fil de fer barbelé !

Chacun y est allé de son interprétation, mais ce qui ressort de tout ça c’est qu’une jolie fille est un trésor à protéger 

***

Et en fin de journée, chacun était d’accord pour préférer la typographie à l’offset. En effet, mon histoire de professeur expliquant à chacun de ses étudiants la différence entre les deux a bien plu :

Imaginez : une jeune femme met son rouge à lèvres, l’essuie avec un mouchoir en papier, et le pose sur les lèvres de son ami, en disant : ça, c’est l’offset !

Puis, la même jeune femme met son rouge à lèvres sur ses lèvres, et cette fois-ci, les presse fortement sur les lèvres de son ami , en disant : ça, c’est la typographie !

Curieusement, tous les publics étaient d’accord pour préférer la deuxième option ! Alors, vive la typo, la gravure en relief, et l’imprimerie manuelle !

Tagué , , , , , ,

Dimanche 17 septembre, journées du patrimoine, la lino au Château de Blain

Bonjour !

Dimanche 17 Septembre, pour les journées du patrimoine, je me déplace avec mes linos au Château … de Blain, évidemment, puisqu’au rez-de-chaussée, le musée de l’imprimerie ouvre ses portes avec animations et démonstrations d’impressions.

Pour tout ça, j’emporte une nouvelle oeuvre, jamais encore imprimée, et qui attendait sagement à l’atelier une occasion. Je prend le risque de réaliser la première estampe en public, alors que j’ai prévu une gravure avec au moins quatre couleurs !

Il s’agit d’une jolie nana joliment bronzée, allongée sur la plage, sous un parasol, avec comme titre « l’île au trésor » mais … protégée par … : à découvrir sur place !

Tagué , , , , , , , , , , ,

En linogravure, la deuxième impression peut être la bonne !

Bonjour !

Je vais vous parler de l’impression, et aujourd’hui, des moyens de « texturer » les estampes.

Quand on imprime de façon classique, on utilise un rouleau encreur, de l’encre typographique, que l’on étale en un film mince sur la plaque gravée, et on presse.

Récemment, pour nettoyer une plaque qui m’avait servi à imprimer du tissu très épais, avec un tissage bien marqué, j’ai utilisé une feuille de brouillon pour le nettoyage, l’ai imprimée avec la presse, et l’impression fut assez extraordinaire : la plaque avait gardé les marques du tissu !

Aussitôt, j’ai pris un tissu encore plus épais avec un entrecroisement de fils très marqué, je l’ai imprimé une première fois avec la plaque, puis j’ai imprimé une feuille de papier avec la même plaque, sans la ré-encrer, et j’ai eu une impression de l’estampe qui semblait être imprimée sur tissu.

Depuis j’essaye divers motif en léger relief : je prend une plaque de lino, l’encre et imprime une première fois une feuille de papier aquarelle bien texturé, puis sans encrer à nouveau la plaque, j’imprime une feuille de papier avec un peu de grain, et j’obtiens un effet de « reliefs » sur le papier.

Je viens d’utiliser cette technique pour imprimer des traces de pieds nus.

Je cherchais à obtenir une impression d’empreintes sur du sable, alors c’est ce que j’ai fait, en gravant une plaque en négatif de la trace d’un pied, et en utilisant pour la première impression un papier Canson « C » à grain, et sans ré-encrer, j’ai imprimé l’estampe définitive.

 

 

La gravure obtenue donne vraiment l’impression d’une trace de pas dans le sable. Curieusement, la troisième impression fonctionne encore, et donne un effet « vaporeux » très intéressant. J’ai l’impression (ravi du jeu de mot) d’utiliser la « mémoire » de la première impression pour la deuxième, comme quoi la première impression n’est pas forcément la bonne (un bon sujet dissertation!)

 

Tagué , , , ,
Publicités