Archives de Catégorie: gravure en relief

La fête de l’estampe au château de Blain

13 GRAVEURS AU CHÂTEAU

Cette année encore, c’est dans le cadre majestueux du Château de La Groulaie que se déroulera à Blain la Fête nationale de l’Estampe. Une estampe, c’est une image obtenue par l’impression d’une matrice sur une feuille de papier .

Du 21 Mai au 2 Juin, 13 artistes graveurs réunis pour la circonstance, exposeront leurs œuvres dans la salle Anne de Bretagne au Château. 

En effet, le 26 Mai c’est l’anniversaire de l’Édit de Saint Jean de Luz par lequel le roi Louis XIV accordait aux graveurs du royaume la liberté d’exercer en dehors de toute corporation.

Partout en France, à cette date, les graveurs organisent leur manifestation, en atelier, galerie, musée, et à cette occasion, le Musée de l’imprimerie ancienne de Blain se joint aux artistes graveurs pour marquer cette journée.

À Blain, nous serons 13 graveurs, 11 professionnels, et 2 jeunes pousses de 11 et 16 ans, mais qui gravent depuis longtemps. Parmi les graveurs, certains gravent « en relief » : le bois, le lino, d’autres « en creux » : le cuivre, le zinc, et certains mêlent la gravure et la typographie : nous offrons aux visiteurs un vaste panorama de la gravure telle qu’elle est pratiquée au XXI° siècle.

L’exposition proprement dite se déroule du 21 Mai au 2 Juin aux heures d’ouverture du château : de 14h à 18h30 en semaine, de 10h à 12h et de 14h à 18h30 le dimanche.

Les animations et démonstrations ont lieu les 25 et 26 Mai et le 2 Juin, toute la journée au Musée de l’Imprimerie Ancienne au Château. Les entrées sont libres et accessibles à tous.Pour le collectif, jpgraveur, artiste professionnel 

Tagué , , ,

Culture paysanne


Sur le chemin, devant l’atelier, ce sont plutôt les tracteurs qui passent, surtout l’hiver. Mes petites filles sont ravies de les voir : elles habitent en ville. Je les entendais, un été passé, jouer aux couleurs et aux noms des paysans : Roger a un tracteur rouge, donc c’est la règle pour tous les autres, le tracteur vert est à Verret, le jaune à Jaunet, et le bleu à Bleuet …

Je vis au milieu des champs, des arbres, des oiseaux, des vaches, mais aussi des tracteurs. J’en ai déjà gravé plusieurs : un très moderne et très gros, un vieux tout rouillé, abandonné dans l’herbe.

Il y a peu, un tracteur orange (hum !) sorti des temps anciens roulait sur le chemin, tirant une tonne à eau, sans cabine, pétaradant, fumant. Je n’ai pas résisté au plaisir de le dessiner très vite, et l’ai gravé sans rectifier les traits, pour garder la spontanéité du premier jet.

Mon dessin me plaisait bien, mais il manquait de vie, alors j’ai décidé que les pneus seraient noirs, et que la fumée du tuyau d’échappement serait grise. Et là, ça devient délicat, la gravure est achevée, et la plaque de lino doit être découpée à la petite scie à chantourner : il faut être très calme, attentif à la coupe, et surtout rester dans le trait. 

À la fin j’obtiens trois morceaux, les roues, le corps du tracteur et la petite fumée : chacun va être encré séparément, puis assemblé avec les autres, et l’ensemble fixé dans la presse avant d’être imprimé. Voilà, c’est fini, il reste le séchage.

Tagué ,

De la linogravure au Salon des Métiers d’Art de Nantes

Avec 9 autres métiers d’art, je participe à l’animation du stand de notre collectif « Terres de Créations » lors du Salon des Métiers d’Art de Nantes.

Je ferai des démonstrations de gravure et d’impression vendredi après midi et samedi et dimanche matin.

Tagué , ,

Deux danseurs, une presse, et la lino !

Bonjour !

Après mes toutes mes expos qui se sont succédées à un rythme très soutenu, je reprend goût à l’atelier, à la gravure, et aux presses !

La gravure tout d’abord : j’ai posé ma candidature à une expo pour 2019 sur le thème de la danse. Avant même les résultats de la sélection, je me suis pris au jeu : le thème m’intéresse, déjà j’avais quelques estampes de danseuses, et cet été j’avais photographié des couples dansant, avec l’idée d’en faire des gravures !

dessins danseurs.jpg

Alors du dessin, de la gravure sur lino et aujourd’hui l’impression. Impossible d’attendre quand la plaque est tirée, c’est comme le vin il faut la voir (!)

plaque coupke danseurs.jpg

J’envisage déjà d’installer mes petits danseurs en forêt, en ville, dans l’espace, ou dans les quatre éléments, on verra.

impression couple danseurs.jpg

couple danseurs.jpg

Et pendant tout cela, je suis allé récupérer une ancienne presse à vis, qui peut être utilisée, moyennant quelques adaptations, à l’impression de linos. Je lui ai adjoint un chariot et un « marbre » en bois, et l’ai repeinte en rouge basque et en gris .

la presse "pivoine".jpg

Je pense l’utiliser en animations lors de salons des métiers d’art pour imprimer du texte et des gravures. Je l’ai testée, et la pression est considérable : il faudra être très précis dans le dosage de la force !

Tagué , , , , , , , , ,

La linogravure, mon patrimoine !

Grosses journées au Château de La Groulais à Blain, l’atelier-musée de l’imprimerie a fait forte impression, on a accueilli un peu plus de 1000 visiteurs en deux jours, du rarement vu !

J’avais prévu d’imprimer « Isadora » ma toute nouvelle estampe, pour la toute première fois lors de ces deux journées du patrimoine, et je l’ai fait !

préparation.jpg

C’était un peu risqué, je n’ai pas tout le confort de mon atelier quand je travaille en public, et par précaution, j’avais emporté bien trop d’outils, de cales et de coins de serrage, mais ça a bien fonctionné.

réglages.jpg

 

impression.jpg

Tagué , , , , , , , , ,

Des gravures, des expos, la vie d’artiste !

J’ai retrouvé mon atelier, la gravure et l’imprimerie ! Quelle joie, après tout ce temps parti ailleurs, dans les expositions de l’été ! Bon, je préfère être ici, mais les expos sont utiles, nécessaires, bienvenues aussi : voir du monde, discuter, expliquer, et même pourquoi pas, vendre un peu !

Bien. J’ai commencé par imprimer « Mon Araignée », puis j’en ai découpé quelques-unes et les ai installées ensemble sur des fils tendus dans un cadre.

Mon araignée.jpg

L’idée c’est de les exposer dans des vitrines désaffectées. Les araignées, compagnes invisibles, s’emparent assez vite des lieux inoccupés : un sourire donc, avec de plus une déclinaison obligée du vocable :

  • Mon Araignée,
  • Mon Art régnait,
  • Mon Art est nié,
  • Mon Art est niais,
  • etc …

Et comme j’aime faire plusieurs choses à la fois, j’ai commencé la gravure de « Isadora » une jeune femme dont l’écharpe virevoltant, se prend dans des engrenages menaçants, mais qu’une main secourable équipée de ciseaux s’apprête à sauver … peut-être !

isadora début gravure.jpg

Cette gravure a mis un temps fou à se concevoir : au début je n’ai dessiné que le train d’engrenages d’une grue portuaire, puis j’ai ajouté la fille, et son écharpe, enfin la main secourable. Mais il fallait encore quelque chose. Quoi ?

Une couleur : l’écharpe, trop manifeste, mais sa robe, oui alors, et rouge ! Comme j’aime bien imprimer plusieurs couleurs ensemble, il fallait découper précisément la robe, le haut et le bas séparément, pour épargner le bras nu. C’est fait, la scie à chantourner bien réglée a suivi le trait.

J’ai commencé la gravure : la main et la robe, demain les engrenages …

Si je travaille bien, et que je me tiens à elle, « Isadora » sera imprimée à l’atelier musée de l’imprimerie de Blain lors des journées du Patrimoine, les 15 et 16 Septembre, pour la toute première fois, et en public, j’aime bien les challenges !

Tagué , , , , , , , ,

Une journée au musée …

La fête de l’estampe s’est donc terminée hier soir, après une journée riche en échanges, discussions passionnées, rires et professionnalisme !

En effet, le musée atelier de l’imprimerie de Blain dont je fais partie accueillait trois invitées : une typographe émergente, une calligraphe confirmée et une graveur-e sur cuir tout aussi confirmée !

une journée au musée 2018.jpg

Nous avons ainsi présenté au public nos métiers : typographie, imprimerie, gravure, reliure, et les matières utilisées : plomb, linoléum, bois, papier, parchemin, cuir, carton, encres …

Rendez vous l’année prochaine pour une nouvelle fête de l’estampe, avec encore plus d’animations !

Tagué , , , , , , , , , , , ,

Impression de l’affiche « fête de l’estampe »

L’une de mes prochaines manifestations sera « La fête de l’estampe ».

Pour bien la préparer, j’ai rejoint le Musée de l’imprimerie ancienne de Blain et y ai composé l’affiche de cette manifestation : de la typo au plomb et au bois, accompagnée d’une gravure en relief.

Pour l’illustration, j’ai imaginé une main gravant le donjon du Château de la Groulais, qui abrite le musée.

affiche fête estampe 2018.jpg

Comme le musée possède plusieurs presses typo, j’ai demandé à l’équipe de m’assister dans la partie «impression», puisque je connais imparfaitement la «FAG», et que je voulais utiliser une presse à encrage automatique, sans faire de bêtises !

on se prépare à imprimer 2018.jpg

Après un rapide « habillage », certaines grosses lettres s’encrant mal, l’impression s’est bien passée : du vert sur du vert, qui s’accordaient bien ensemble.

J-P imprime au musée.jpg

Maintenant, alors que les affiches sèchent, (chez l’archiduchesse?) je vais préparer l’exposition « Lumières, Lumières » de Châteaubriant : ma gravure « Cathy » et l’ensemble des gravures des collégiens sur une seule feuille si j’arrive à bien les disposer dans la grande presse !

Ensuite, ou peut-être même, dès maintenant, je finirais d’encadrer mes diverses « Pies » pour le festival « harpes au max » d’Ancenis.

Il me reste deux semaines, alors, ça va !

Tagué , , , , , , , ,

La passion de la linogravure

Bonjour !

Ma semaine fut bien chargée. Ce matin j’ai l’impression d’émerger d’une marée de sensations, de contacts, de travaux communs, de crises de fou-rires, d’explications techniques, de découvertes, bref un condensé de ce qui fait la vie…

Après mon immersion, genre mini résidence, en collège et la réalisation en commun sur le thème de l’ombre et la lumière, j’accueillais quatre femmes à l’atelier, pour une immersion dans mon domaine : la gravure en relief ; chacune avec son vécu, ses attentes, son propre talent.

on grave avril 18.jpg

Curieusement, pour moi, la fatigue vient après. Jamais pendant, heureusement, c’est ainsi que je me sens … bien.

On a tourné autour du dessin, du dessin à graver, de la gravure, et enfin de l’impression à la presse typographique.

on imprime 04:18.jpg

Je suis content : l’impression – fugitive – de servir à quelque chose dans notre monde parfois trop artificiel. Dans un bouquin de typographie, récemment lu ou relu, un ancien typo disait qu’il réalisait bien qu’il y a trois stades dans la vie : l’apprentissage, la mise en pratique, et la transmission.

Je le réalise de plus en plus aujourd’hui, et me sens « frère » des artistes du passé qui rassemblaient autour d’eux leurs « disciples ». Alors, bon vent, bonne route, bonnes impressions à vous mes quatre disciples de quelques jours !

Tagué , , , , , , , ,