Archives Mensuelles: septembre 2015

Préparation de la lino en deux plaques : des mains et des lettres

Création, comment ça se passe … des fois !

(suite)

Bien, il me restait à graver une plaque de barreaux, pour « enfermer » la main et la lettre !

Je l’ai donc gravée, comme à l’accoutumée, dans la poussée de la création. J’avais imprimé quelques brouillons : au moment de nettoyer la plaque, quelques tirages sans ajout d’encre :

Alors j’ai calée la plaque à barreaux par dessus, et ici encore, la « bidouille » , le « bricolage » la « perception intuitive » sont intervenus : c’était bien meilleur en imprimant les barreaux avec peu d’encre, pour obtenir un effet « évanescent », moins brutal que le noir profond de l’encre typographique :

J’ai encré la plaque des barreaux, puis l’ai imprimée sur une feuille de brouillon vierge, pour « retirer » un peu d’encre de la plaque, et j’ai fait le tirage définitif sur une épreuve déjà imprimée avec la main et la lettre, sans ré-encrer la plaque : c’est plus doux, et ça me convient bien !

***

prépa mains & lettres

Ensuite, je suis revenu au projet initial : mêler des caractères typographiques et des mains. J’avais gravé tous les caractères du mot « imprimerie ». Je les ai posés sur ma plaque de lino, arrangé la disposition, tracé les contours, pour ensuite, dessiner les mains.

Le plus stressant reste à faire : découper chaque place de lettre sans trop déborder, mais aussi sans trop « serrer » pour que la plaque se pose bien sur les lettres. Loin d’être évident, mais ça marche, avec quelques coups de lime pour rectifier des tracés pas assez rectilignes !

Ensuite un essai « à blanc » pour vérifier que toutes les lettres entrent dans leur logement et collage des caractères sur un panneau de bois aggloméré, deux par deux, et vérification, à chaque fois, que le lino se détache bien de l’ aggloméré !

Eh bien, ça a marché du premier coup : je vais donc pouvoir encrer séparément lettres et mains, et imprimer en une fois : le repérage ayant eu lieu une seule fois, lors de la conception du « sandwich ».

Il reste à graver les mains, il y en a dix : ça promet !

Publicités
Tagué , , , , ,

Création, comment ça se passe … des fois !

Création, comment ça se passe … des fois !

Dans l’article précédent, j’expliquais qu’il me fallait un essai avant d’aller plus loin dans la création entamée.

Et j’ai effectivement stoppé pour un temps le processus engagé, pour partir sur un embranchement latéral : une main, et une lettre. J’ai choisi une main parmi mes dessins, et la lettre M : comme main, comme « aime » peut-être simplement pour sa beauté …

J’ai donc gravé ma main, en utilisant la technique « au trait » donc sans aplat, pour voir. Enfin c’est ce que je croyais, parce que les yeux, le cerveau, la sensibilité, tout ça continue à exister … sur l’embranchement, et tout en gravant, et voyant la main peu à peu sortir du lino où elle était emprisonnée : « emprisonnée, comment ça ? »

Bon, j’avais décidé que je gravais une main, alors elle était dans la plaque, c’est certain, seulement le mot était lâché, alors j’ai vu, vraiment vu des barreaux, enfermant la main et la lettre : une prison enserrant M, aime, main.

À peine la gravure terminée, imprimée, j’ai dessiné sur une épreuve des barres noires figurant les barreaux, en ai tordu une, et voilà, une oeuvre à part entière, et plus simplement un essai pour après !

Bien, il me reste à graver une plaque de barreaux !

images M & les mains

Tagué , , ,

Des mains et des lettres au musée de l’imprimerie de Blain

Ancenis, « Rives de Loire », Ligné « Chapelle Saint Mathurin », c’est déjà du passé : le temps, le temps qui va, le temps qui vient, le temps de prendre son temps, il nous faudra peut-être un jour choisir le thème du temps pour une exposition collective !

On n’a pas eu assez de visiteurs, c’est difficile apparemment de faire venir les gens ! Il n’empêche, quand on a ce besoin de créer, qui nous prend partout à la fois : à l’âme comme aux tripes, on y va !

Prochainement, c’est bientôt, dimanche 20, je serais à Blain, au château de la Groulais, au musée de l’imprimerie, lors des journées du patrimoine : on accueillera le public, on expliquera, on discutera passionnément de typo, d’impression, et aussi de gravure ! Venez, c’est vraiment bien !

Comme les journées de l’imprimerie suivront de près, je prépare une intervention artistique en plusieurs séquences : mon projet est de réaliser sur place une gravure, lors de ces journées, et de l’imprimer sur une des presses du musée.

J’ai choisi la main et le caractère typographique.
Mes petits enfants se sont prêtés au jeu de la photo, je voulais des mains, plein de mains, mélangées, entremêlées avec des caractères en bois. J’ai donc dessiné, re-dessiné, transformé, refait, pour finalement créer mes propres caractères typographiques en lino, à partir de dessins inspirés par une police en plomb que j’aime bien, le « Bodoni ».

J’ai dessiné, agrandi, puis découpé mes « patrons » à la petite scie à chantourner, pour finalement graver à la dimension adéquate, avec la petite « Scripta » ma fraiseuse à pantographe.

Des mains et des lettres

J’ai ainsi fabriqué « I-M-P-R-I-M-E-R-I-E » en réalité, « 3 I-2 M-1 P-2 R-2 E ». Puis j’ai placé les caractères sur les mains dessinées, et réarrangé tout cela : c’est fou le temps (encore lui !) passé à la préparation.

Et là, précisément, question : faut-il des mains au trait, ou en aplat ? Je grave donc une main au trait (première inspiration) et prépare le logement de la lettre : je vais faire un essai, s’il est concluant, je pars au trait, sinon … Il est tard, pour une journée de transition, alors, un peu d’ordi pour le blog et la page facebook et au lit !

Tagué , , , , , , , ,

Tip Top ma presse à platine imprime les flyers de mes prochains stages de linogravure

C’est la rentrée, pour moi aussi ! Les quelques stages que j’organise parcimonieusement à l’atelier vont reprendre, eux aussi : J’ai l’impression de rejoindre mes petits enfants avec quelques jours de retard.

Alors voilà, comme les Nantais et les voisins me disent ne me rencontrer que sur internet, par blog et site interposé, j’ai décidé de faire ma propre communication directe : un flyer, un prospectus, un papillon, bref, du papier.

J’en veux plusieurs, alors je vais les imprimer sur « Tip Top » ma « petite » presse à platine : elle pèse quand même 450 kg de bonne fonte bien solide, affiche ses 100 ans, et fonctionne toujours !

Bon, en réalité, je m’en sers très peu, elle est plutôt adaptée au travil en petite série de textes typographiés. Mais comme elle est puissante, elle imprime bien mes toutes petites gravures.

Comme je suis pris par le temps, je me complique la tâche : autrement ce serait sans intérêt !

Donc je décide de faire des cartes professionnelles et ma communication pour les stages, et tout cela en deux couleurs, donc en deux passages en deux montages avec un repérage exact, avec de la typo et de la lino !

tiptop flyer

Le résultat est à la hauteur de mes espérances ! Mon flyer est très dépouillé, en contraste avec ce qui se fait habituellement, et l’impression est très bonne. Donc, ça roule ! Et pour information, mes prochains stages se déroulent les 16, 17 et 18 Octobre de 9 à 12h et de 14 à 18 h, et les 27, 28 et 29 Novembre pour celles et ceux qui sont intéressés.

Tagué , , , , , ,

Suite du florilège des remarques faites à un artiste

Une suite du « florilège des choses dites » à un artiste

  • Bon, mais tes gravures elles servent à quoi ?
  • Ben …
  • Parce que tu sais, la théorie de la valeur …
  • La quoi ?
  • La Théorie de la Valeur, parce que ce que tu fais, c’est de la déco de maison !
  • Ah ben non !
  • Eh si, les gens achètent ça pour décorer leur maison, et toi t’est beaucoup trop cher !
  • Ben oui, mais c’est quand même un peu de l’art , non ?
  • L’art on s’en fout, c’est juste une gravure à accrocher au mur pour décorer, voilà
  • Ah bon …

Je l’aime bien, pourtant, ce tenant de la valeur, mais rien à faire, ses oeillères le protègent bien d’une subite intrusion de l’art dans sa vie de gestionnaire-manager-directeur !

***

  • Papy t’es Président de Gravure
  • Ah ? Et pourquoi ?
  • Tu fais des belles gravures et tes élèves ils-arrivent pas aussi bien, voilà.

Mon petit-fils n’en démord pas depuis deux ans, je suis et reste(rais?) président-de-gravure !

***

  • Tu connais rien à la perspective
  • Si, justement, j’ai voulu rompre avec une règle comme les autres
  • Non, la perspective c’est sûr et certain
  • Mais non, pas toujours
  • Si, la perspective c’est sacré, quand tu as compris, tu n’y échappe pas !
  • C’est une façon de voir les choses, comme une autre …
  • Non ! Regarde l’appareil photo, c’est un respect total de la Perspective !
  • Sauf qu’il y a du flou par endroit, que tout n’est pas net, et quelquefois ça déforme …
  • Foutaises, la Perspective c’est Sacré !

Bon on n’est pas encore rendu au Divin, mais ça vient, alors on arrête la !

***

  • Tu sais, tu devrais peindre, maintenant
  • Euh, maintenant ?
  • Ben oui, ça va …, tu sais dessiner, alors passe à la peinture !
  • Mais non, j’aime dessiner, graver, imprimer, je n’ai pas encore fini d’explorer …
  • Tu parles, c’est quand même un art mineur, la peinture c’est autre chose !
  • Dans certaines gravure je mets de la couleur …
  • De la couleur ! Tu parles, c’est pas de la peinture !

C’est un peintre qui me dit ça, lui peint avec une exactitude quasi maladive des reproductions de calendrier ou de cartes postales, hyper réalistes …mais c’est « De La Peinture  ! »

***

Tagué