Archives Mensuelles: avril 2010

c’est celui qui dit qui est

Une dictée avec les petites : 6 ans et 7 ans, on s’applique

mais je choisis un texte avec des ratures

et elles ne sont pas d’accord : en attaché c’est trop dur

et on fait des fautes

je leur explique

mais

elle ne sont

pas convaincues

du tout, tant pis c’est

le texte qu’elles ont raté

que je trouve beau, alors je le

recopie en accentuant un peu les formes :


je le grave dans la matinée et l’imprime aussitôt

avec une typo d’adulte en rouge

puis j’expérimente :


le petit personnage est issu d’un dessin d’enfant

retravaillé en gardant l’esprit :

la grosse tête

et le sourire décentré

je pose deux couleurs en évitant

très soigneusement la couleur voisine :

tout se passe bien et j’imprime une quinzaine d’exemplaires

de joyeux, heureux, et gentil !

tout cela va sécher tranquillement :

on part une semaine à Lyon,

découvrir une ville inconnue,

rencontrer  les gens de l’épluche doigts,

visiter le musée de l’imprimerie, se perdre dans les rues

faire un peu de shopping, voir la ville

faire des photos, chercher l’inspiration pour de prochaines gravures

changer d’air !

A bientôt !

Publicités
Tagué ,

TYPO & LINO dans ma ville – suite

Après avoir bien posé le calque imprimé de la ville en gris

(et sec : qu’est-ce que ça met comme temps à sécher du calque !)

j’ai contrôlé que mes textes s’installaient bien dans les cases :

Un dernier réglage et … Premier tirage :


J’ai beaucoup hésité avec le rose

mais comment marquer

davantage encore

le contraste

entre ma ville grise

et mes mots d’amour ?

Hein ?

Atelier de linogravure : Stages en liberté

Vacances scolaires,  j’avais proposé quelques dates de stage :

la semaine dernière, dessin à l’atelier :

on a crayonné, dessiné,

et même mesuré.

***

L’idée était de dessiner des choses en volume

sur la feuille blanche du carnet de croquis.

Les âges ne correspondaient pas

mais les attentes si !

***

le résultat

à la hauteur je crois

des espérances des unes et des autres.

***

A chaud, je décide dorénavant de faire des stages

à la demande, sans thème préalable, en gardant le format

d’une seule journée, donc, bon à savoir : dates libres, thèmes aussi,

nombre de participants limité à quatre maximum, deux minimum,

de 12 à 72 ans, c’est stupide, mais il faut  des limites, parait-il !

***

Pas de photos

cette fois-ci,

à bientôt !

***

Tagué ,

beau temps à l’ouest, typo&lino se retrouvent dans ma ville

Le printemps me chatouille les neurones, les mains, l’âme même !

et tout en travaillant dehors – enfin, l’atelier n’est pas oublié :

les épreuves du chat noir continuent de sécher

et pendant que je pense à une couverture

je travaille sur ma ville,

j’ai repris

le projet :



Sur un tirage en bleu de mon lino

j’avais collé des petits papiers

de toi & moi amoureux

Cette fois j’ai fait un tirage sur calque :


j’ai utilisé le calque à l’envers pour composer

ma typo, et ça marche !


j’ai fabriqué une forme en acier

et ma compo est bloquée à l’intérieur

le calque va me servir à repérer

précisément mes deux

impressions

à suivre !

Tagué ,

linogravure et typographie : le chat noir en livret !

Voilà, le petit chat noir va voler de ses propres ailes !

il est enfin assemblé, presque relié

et les pages se suivent

dans l’ordre,

numérique !


Je suis heureux !

J’avais déjà fait ce travail,

mais par ordinateur interposé, avec

les logiciels de mise en page  professionnels,

quand j’étais de prof de pub, mais là, c’est bien différent :

la main est intervenue en auxiliaire de la pensée,

la créativité s’est alliée à la raison,

elle même à la dextérité :

je suis un humain !

***

C’est bien joli tout ça, monsieur l’humain,

mais l’oeuvre est encore à finir !

Il manque une reliure,

un habit

au livre !

Ce sera

le prochain

travail sur ce projet.

***

D’autres idées germent

et demandent réflexion :

Ma « Ville » gravée l’an dernier

revient  tout-à-coup me chatouiller,

j’avais prévu une alliance typo/lino

puis j’avais renoncé, et aujourd’hui, après

une discussion entre artistes, mon projet abandonné

revient tout-à coup : il s’agissait de mêler l’univers

gris et assez froid de la ville linogravée,

à la chaleur des mots d’amour

typographiés…

utopique

en quelque sorte !


Tagué ,