Archives de Catégorie: atelier

5 balayeurs et des livres

Comme on était bien partis pour un confinement long, je me préparais à graver une longue linogravure : 5 personnages équipés de pelles, râteau, balai, au milieu de près de 160 livres.Avec dans le ciel d’autres livres qui s’envolent. Voici le premier dessin et le report sur la plaque lino de 480/140 mm

J’ai fini de graver la première version de la plaque : je vais pratiquer la technique de la plaque perdue. Je commence par enlever tous les « blancs » et ensuite j’imprime avec la couleur la plus claire. Ici ce sera le gris, et ensuite le noir. Comme je vais utiliser des papiers de différents aspects : blanc pur, ivoire, crème, écru, je vais utiliser le « blanc » du papier pour faire le gris : tout d’abord j’imprime en noir sur un papier brouillon : vieux journaux, papier de rebut, peu importe. Et, sans ré-encrer, j’imprime encore sur papier brouillon jusqu’à ce que le reste d’encre donne un beau gris, et là j’imprime sur le vrai papier.

J’en suis à cette phase : j’ai un peu plus d’une dizaine de feuilles imprimées en gris. Maintenant je vais graver le gris : c’est-à-dire que je vais enlever tous les gris de l’image pour imprimer en noir ! Bon, tout ça c’est de la technique, pour ne pas dire que « coup de balai sur les livres », purée ! qu’est-ce que ça me parle ! Surtout en ce moment !

Et voilà, c’est fait : les tirages en deux couleurs, un gris variable et un noir profond. Les livres et la balayeurs sont à vous maintenant, qui les regardez. C’est vous qui inventerez, découvrirez, créerez une histoire autour d’eux : quand l’image est faite, elle appartient à celui qui la regarde – bon, aussi et d’une autre manière à celui qui l’achète !

Tagué , , , ,

On est bien dans son atelier !

C’est vrai qu’on est bien dans son atelier, à imaginer, dessiner, graver.. Mais c’est long quand même, quand on ne voit personne ! Alors, après m’être gonflé à bloc, rechargé en optimisme à 10000 volts, croyant dur comme plomb que ça ira mieux demain, je me suis lancé dans la réalisation d’une petite affiche pour une improbable, mais probable peut-être, ouverture de l’atelier au public avant Noël. Et ça fait du bien : voilà un projet avec une date certaine, alors en avant !

Pour la réalisation pratique, j’utilise une typo « égyptienne italique » que je me suis offerte l’an dernier pour Noël justement !Et pour agrémenter le texte, j’ai réalisé en lino un énorme « A » . Comme il manquait un « r » j’en ai gravé un aussi. J’y ai passé la journée, entre choix des autres polices, des petites gravures, et réalisation de cales de blocage en pente ! Mais quel pied, bonheur, plaisir …

Tagué , , ,

L’automne s’installe et la lino continue !

L’automne s’installe, et le poêle de l’atelier ronronne. Comme le disait ma petite fille Lou, « la fumée fait des pirouettes, des fois ». Mais dans la douce chaleur de l’atelier la lino continue : des projets presqu’achevés, d’autres en gestation.

Tagué ,

Fraîches nouvelles de La Bergerie

:

D’abord, c’était mon anniversaire, mais seule ma chérie m’a pris dans ses bras pour me biser. C’était bien, mais les autres non, forcément, c’était moins bien. On a commencé à fêter ça le jeudi, tous les deux.. On a continué samedi, alors que c’était un soir de travail : j’animais en effet ici, deux journées d’intense labeur. On s’était donné rendez vous il y a au moins un mois avec quatre jeunes femmes bien habituées à graver ensemble, pour travailler sur le thème de « l’érotisme ». Comme elle me l’ont dit ensuite, c’était pas forcément dans notre zone de confort ! Ni trop la mienne non plus ! Ça ne nous a pas empêché de rire, boire, manger ensemble, en essayant au maximum de respecter les « gestes barrières » Mais on s’est perdus dans la campagne en rentrant le soir ! Dimanche on a imprimé, dans l’effervescence : il fallait voir ce que tout ça donnait sur le papier. Le prochain stage, ouvert à toutes et à tous, a lieu les 24 et 25 Octobre, l’ambiance sera la aussi conviviale et sérieuse tout à la fois. (respect des règles covid19) Il reste deux places, alors à vos téléphones, mails, pigeons voyageurs : touts les renseignements sur jp.graveur.com.

Tagué

Reprise des stages de linogravure dans le respect des règles sanitaires

Comme vous le savez, j’organise quelques stages par an à l’atelier, au milieu des presses, des encres, des gouges et du papier !  Un stage dure désormais deux jours consécutifs, du samedi au dimanche, et de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

 Il s’adresse aussi bien au débutant qu’au linograveur déjà pratiquant. Le premier jour, on grave une plaque de moyen format : 10 cm / 15 cm environ. Le deuxième jour on termine de graver et on passe à l’impression, sur presse ou à la main. Le tarif est calculé sur la base de 75€ par jour (150 € les deux jours).

Le papier et les encres sont fournis, l’outillage est prêté, on repart avec plusieurs exemplaires de sa gravure, une gravure de chacun des participants, et une gravure de l’artiste ! On déjeune ensemble à midi, et des chambres d’hôtes à proximité immédiate de l’atelier permettent de demeurer sur place les trois jours.

L’ inscription se fait par téléphone, mail ou par la poste, et devient définitive après réception d’un chèque de 75 € à mon ordre : Jean Pierre Coasne, 406 La Bergerie, Route de Trans sur Erdre, 44390 LES TOUCHES tel. 02 40 72 41 41 ou 06 40 07 41 96 et  jp.graveur@orange.fr.

Les dates des prochains stages :

Samedi et dimanche : 26 et 27 Septembre 2020 

Samedi et dimanche : 24 et 25 Octobre 2020

Tagué , ,

Atterrissage à la Bergerie

C’était la fin du confinement !

Ça commence avec les tout petits : 7 ans,

c’est l’âge idéal : on n’a pas encore peur de rater!

ils ont gravé le vinyl bleu : pour faire des tampons.

Ensuite, mes amies lino-graveures sont revenues à l’atelier. 

il y a longtemps qu’elles n’avaient pas gravé ici de concert. 

alors, on s’est retrouvés pour dessiner, gommer, coller, 

s’écouter, puis graver, découper et imprimer. 

Cette fois, on allait utiliser la technique de la plaque perdue, 

en deux jours, et à l’encre à l’huile , c’est une sacrée gageure ! 

et ça marche : avec intelligence et siccatif !

Chacune est repartie avec un exemplaire tout frais, 

et a laissé les autres sécher dans les claies,

on se reverra bientôt !

Et au moment de leur départ, les aînés des petits enfants 

sont arrivés : d’abord les filles, puis leur cousin, 

tous très excités par les vacances et l’atelier.

Les grand se sont initiés au bois : raboter à la main, poncer,

polir et même cirer ! Puis au cartonnage : fabriquer un meuble

avec tiroirs ! Puis dessiner, et surtout se baigner !

De vieux amis qui remontaient en Bretagne du nord ont fait escale

à la Bergerie, un peu perdus dans toute cette animation mais 

heureux de la complicité directe avec les enfants. 

Et là, après le départ de tout ce petit monde, la maison et l’atelier

sont bien vides, calmes, et silencieux. C’est le blues des lendemains,

on le sait bien, mais il n’empêche, ça rend triste, et même le temps

s’est mis à crachiner comme il sait si bien le faire par ici !

Demain il fera beau, 

les amis les enfants reviendront

et tout ira, demain ça ira

et … c’est déjà demain !

Tagué , ,

linogravure de poissons dorés

Bonjour !

J’ai (enfin) terminé ma gravure !

Désormais, elle a trois couleurs :

  • le gris en fond (pour l’océan)
  • le noir profond pour souligner les formes (avec la même plaque : technique « picasso »)
  • le doré pour les poissons (sur une autre plaque, incrustée dans l’autre)

Je n’ai pas encore trouvé le titre idéal :

  • Rêverie de pécheur
  • Mirage doré
  • Envol de poissons
Tagué

Les peintres et Pallas Athéna

C’est un beau jour d’été, avec mon fils aîné, on a décidé de peindre dehors. Des années après, je me remémore cette journée, et décide de graver dans le lino cette ambiance artistique. Une muse nous inspire, ainsi Pallas Athéna, déesse des arts et des artisans, apparaît au dessus, en visiteuse curieuse et protectrice.

J’ai commencé par dessiner Pallas, m’inspirant de l’art nouveau pour sa coiffure. Je l’ai gravée une première fois après l’avoir découpée de la plaque principale. Et après quelques tirages d’essai j’ai décidé de lui donner plus de vigueur en ôtant toute la partie droite de ses cheveux. Il fallait accentuer son regard sur l’enfant et donc dégager l’espace entre eux.

Ensuite, j’ai gravé la plaque des deux peintres, et fais une pause : 

Je garde l’idée d’une gravure en Noir et Blanc ?
Ou je pratique la technique de la plaque perdue et j’introduis du gris ?

De plus en plus souvent, je démarre la gravure avant de savoir exactement où et comment je vais : cette méthode laisse une place énorme à l’inspiration, la créativité, la découverte. Elle donne aussi plus de vie aux images, et un peu de sur-réalisme.

Tagué , ,

Un livre d’artiste en typo et linogravure : « livre de bord »

Entre le jardin et l’atelier, recherche d’un équilibre : lumière du soleil, douceur de l’atelier, semis des légumes et distribution des caractères, organisation du potager et impression des pages.
À l’atelier, j’ai repris la composition et la gravure de mon « livre de bord ». Comme j’utilise des typo de petit corps : 10 ou 12 points, j’imprime séparément l’image et l’écrit.
J’utilise ma presse à épreuves entièrement manuelle, la grande Vandercook, sans encrage automatique. Et puisque mes textes n’ont que trois lignes, j’utilise comme rails de guidage du rouleau encreur, des filets en bois ramenés à l’exacte hauteur typographique : et ça marche bien, avec une frisquette qui évite de maculer les feuilles.
Sur le dernier tirage, le papier choisi, un 300 grammes à très gros grain, j’ai décidé de le mouiller à l’emplacement de la typo pour avoir une impression uniforme. 
Le résultat en photos.

Tagué

Typo-lino-gravure : je t’ème

Bonsoir !
Pour changer un peu d’air (façon de parler) et sortir (!) de l’habituel, je commence à réfléchir à une typo-lino-gravure.
Dans l’atelier trainent des petits mots de mes petites-filles et l’un d’eux me chatouille depuis un moment : alors c’est bon, je vais le graver et l’imprimer avec de la typo : voici le projet en photo !

Tagué ,