Archives Mensuelles: février 2013

Encore une presse à l’atelier de linogravure !

 

 

 

 

« Presse imprimerie Bois et fer forgé »

 

C’est prochainement une nouvelle venue pour l’atelier. Encore une presse ? Eh bien oui, quand la passion est là, on veut pouvoir tout essayer : Je n’ai pas de presse à cylindres : pour la lino, ce n’est pas vraiment nécessaire d’avoir une grosse pression. Par contre, ce type de presse permet d’imprimer quasiment en continu, en tous cas, de grandes longueurs.

 

Alors quand j’ai vu sur internet une presse dite d’imprimeur, peut-être bien une ancienne essoreuse à linge avec ses deux gros rouleaux en bois, son bâti en fonte, je n’ai pas hésité !

pressorage site 1

 

Comment vais-je l’appeler ? ce n’est plus une essoreuse, mais pas encore une presse de linograveur. Alors, là, j’hésite ! Pressorage, Pressoreuse, Pressalino : je crois que je tiens le vocable, ce sera ça, son nom quand elle sera installée avec les autres.

 

Autres presses que je n’ai pas encore nommées vraiment, il y a la grande, la moyenne, et la petite, pour celles que j’utilise. Seule « Tip Top » a son nom véritable, la petite presse à volet a été surnommée « le Gaufrier » par toutes celles qui l’ont vue, alors … Il devient urgent de nommer les trois presses typo : la petite est une « Tiflex », alors je garde son nom, la moyenne n’a aucune marque, c’est une presse à épreuve qui m’a été donnée par un imprimeur au grand coeur, de Nantes, alors, pourquoi pas « La Nantaise » ! La grande est une Vandercook déguisée en Deberny et Peignot, longue très longue histoire de cette marque, disons simplement que madame de Berny, la maîtresse de Balzac acheta une imprimerie pour éditer les romans de son amant ! Joli non ? Je crois que je vais garder Deberny pour elle !

 

Si vous voulez jouer avec moi, participez à ces nominations, peut-être trouverez-vous un nom vraiment original pour la nouvelle venue !

Publicités
Tagué , , , ,

La linogravure de l’enfant des mille et une nuits

Suite : l’enfant des mille et une nuits

s’imprime de toute les couleurs :

j’essaye plusieurs encres,

des papiers différents,

et résultat final,

 

l'enfant des mille et une nuits imprimée

je ne sais plus

quelle estampe choisir !

Alors je laisse tout cela sécher

et demain est un autre jour !

Tagué , , ,

cocoricolino !

L’enfant aux mille et un songes

s’imprime en couleurs sur un papier crême,

l'enfant des 1001 nuits - 1

aujourd’hui,  j’imprime en noir – gris – blanc,

puis avec une gamme de couleurs « éteintes »

***

 

Tagué , ,

Linogravure de l’enfant des mille-et-une nuits !

Je me suis inscrit à deux concours d’estampes,

sur la région parisienne, pour voir :

où je me situe aujourd’hui dans la gravure,

et aussi me prendre au jeu de la préparation,

du dossier à fournir,

des estampes à choisir ou

à réaliser – en urgence – ça va de soi !

 je vous en reparlerai plus tard,

quand tout cela sera prêt à partir,

et j’espère être dans la gravure

plus efficace que dans le montage de dossier :

j’étais limite quand même question temps,

et me suis gentiment fait rappeler de respecter les dates …

***

J’ai en attente à l’atelier trois estampes dessinées,

prêtes à être gravées.

Alors, je commence avec ma petite fille sur un tapis volant,

lire au pays des songes

lectrice au pays des songes,

enfant des mille et une nuits.

J’ai détouré l’enfant à la scie à chantourner,

l’ai collée sur une plaque de médium

et j’ai rajouté ensuite la lune, des étoiles, des planètes.

la rudesse de la technique

La difficulté, ici c’est le visage,

puis les cheveux,

enfin le drapé de la robe.

jeu d'ombres et de lumières

Je suis assez satisfait de l’équilibre ombres et lumières,

et aussi des espaces séparant les motifs,

qui me permettront d’encrer avec des couleurs différentes.

des blocs pour la couleur

Au départ, je voyais une gravure

entièrement découpée à la scie,

afin d’avoir des blocs encrés séparément.

Aujourd’hui, je vois le tapis bleu, les planètes dorées,

la petite fille rouge, les pompons rouges aussi…

Mais chaque chose en son temps,

il faut continuer à graver :

aujourd’hui je suis à cinq heures de travail.

Je crois que la conception a pris beaucoup,

beaucoup plus de temps :

de l’ordre d’une vingtaine d’heures,

entre l’idée, la conception d’ensemble,

dessin de l'idée

les retouches, les ajouts,

le choix des ombres,

le choix de ce qui est en aplat,

de ce qui est en lignes :

une partie vraiment intéressante dans le travail.

À bientôt pour la suite !

 

Tagué , ,

Diane nouvelle linograveuse à l’atelier ?

Oui bien sûr !

dit Louna la petite linograveuse

qui accueille aujourd’hui sa petite soeur

diane

Tagué