Archives Mensuelles: février 2011

Tip-top, la vague et Méditerranée enfin !

J’aime assez souvent faire deux choses à la fois :

l’esprit voyage de l’une à l’autre,

et si elles sont assez éloignées,

elles n’empiètent pas l’une sur l’autre :

c’est ce que j’ai fait aujourd’hui :

j’ai gravé tiptop :



 

le dessin


 

la gravure

 

 

l’impression, et


 

le résultat.

***

Pendant ce temps, ma vague avançait

et reculait comme il se doit,

pour se retrouver exactement comme

elle était lors du premier jet :


 

je préfère son aspect délié

qui fait bien ressentir son mouvement

ici, j’ai eu de la chance, j’ai enlevé du noir

donc de la matière, l’inverse était impossible !

J’ai aussi imprimé une variante

avec Méditerranée :

 

 

En attendant de graver le mot

que j’ai fait écrire joliment

par une institutrice de mes amies.


***

Et comme il me restait un peu de temps

j’ai nettoyé le vieux réhostat

de ma platine

qui

viendra

sous peu meubler

le mur trop blanc de l’atelier.


 

***



Tagué , , ,

Graver et multiplier !

Graver c’est déjà penser à l’impression, donc au multiple, à la série.

Quand j’étais artisan d’art, la série était nécessaire,

je retrouve parfois cet apaisement que donne le tirage

en série, certes limitée, de l’oeuvre imprimée.

***

Lors des prochaines portes ouvertes,

j’ai décidé d’offrir aux visiteurs

une affichette de l’atelier :

 

Ma nouvelle presse est l’outil idéal,

l’occasion de tester

ses capacités

et la qualité

de l’impression :


 

Je suis agréablement surpris,

l’encrage est très correct

et si parfois la machine

mange une affichette :

c’est qu’il y a trop d’encre !

En fin de journée,

séchage dans l’atelier :

***

Le lendemain, série oblige,

je reste dans le même « trip »

et en avant pour mes enveloppes !

 

Après cet intermède quelque peu productiviste !

place aux oeuvres plus sérieuses …

Mes drapeaux quasi abstraits attendaient une vague

j’ai pris des repères, imprimé sur calque, mesuré,

et ce fut dur, mais :

 

après une longue attente,

ils allaient enfin

retrouver

leurs

hampes :

Entre les

deux couleurs,

le raccord est parfait.

Je vais encore changer quelques détails :

la petite vague, certains déliés, et ajouter un texte :

Comme la gestation de cette gravure s’étale sur près de deux mois,

elle subit forcément les aléas du présent : naissant à l’ombre

des manifs françaises, elle s’épanouit à l’aune des manifs des pays

du Maghreb, et  je penche pour un titre tel que :

« Méditerranée »

***
Tagué , ,

Stage de gravure sur linoléum : thème du grenier

Ce samedi, après la venue de tip top,

sa mise en route et ses réglages,

le travail sur mon affichette

et sur la manif,

place au

stage :


 

Le thème retenu est celui du grenier

 


chacun le traite à sa manière :

 

 

l’objectif est d’imprimer les oeuvres

avant ce soir !



Alors, les mains s’activent, on dessine et on grave :

 

 

puis on imprime :


 

on attend le résultat

 

 

certaines oeuvres sont très graphiques,

 

 

d’autres très figuratives, c’est l’intérêt d’un stage,

on apprend ensemble, on découvre ensemble,

on évalue, compare, estime sa progression,

après avoir touché l’encre et les papiers,

et gravé avec les diverses gouges.

***

Le prochain thème sera la carte d’artiste

en édition originale, dans le format

natif des anglo-saxons : 3,5″X2,5″


***

 


Tagué , , ,

Interférences entre linogravure et typographie

Ma nouvelle presse à platine

Tip top la « platen press »

me prend énormément de temps,

je suis graveur, pas encore typographe

et pas spécialiste en presses d’imprimeur !

Alors je me rue sur la littérature, internet et les livres

et je dévore de l’info, des schémas, des techniques et des cours.


 

J’ai décelé un problème sur l’encrage, les rouleaux ne portaient pas

correctement sur la table d’encrage d’un coté, alors j’ai démonté

et découvert la belle mécanique de la fin XIX°, quand on ne calculait

pas trop précisément les tolérances des pièces et qu’on les

dimensionnait sans mesquinerie !


 

J’ai mis les mains dans la graisse, l’huile et le cambouis

et le plaisir de travailler la belle mécanique.

La chance m’accompagnant j’ai réussi à réparer :

détordre l’une des tiges de rappel !

puis comme l’un des guides des chariot s’était cassé

lors du chargement de la bestiole, j’ai ajouté une plaque

d’acier que j’ai boulonné provisoirement

en attendant peut-être une brasure.


 

J’ai trouvé un moteur doté d’un réducteur

qui le fait tourner à environ 300 tours par minute :

en tenant compte des diverses réductions : poulies

et engrenages, ma platine fera 8 impressions

à la minute, ce qui est suffisant pour moi .


 

En électricité je me débrouille un peu, mais pas assez pour

concevoir une protection efficace pour le moteur.

Robert, mon cousin électricien est donc intervenu,

et a résolu la chose avec élégance :


 

***

Alors que devient la gravure sur lino dans tout cela ?

Curieusement c’est toujours (allez, disons souvent)

quand j’ai l’esprit occupé par autre chose que la créativité

me démange, et ici, c’est ce qui se passe :

je travaille sur la vague de ma  « manif » :


 

j’ai découpé le lino et l’ai collé sur une plaque

de médium pour avoir une base rectiligne

me permettant de placer un texte en dessous.

Je travaille aussi sur mon projet de

chambre :

 

 

Tout en pensant à un texte éventuel.

Comme je vais participer à la manifestation

« l’art prend l’air » organisée par le conseil général,

je prépare aussi une affichette

pour l’atelier :


 

Elle devrait s’accompagner de typo et

donner quelque chose comme ça :

 


j‘ai encore quelques petites imperfections à corriger,

mais pour un premier tirage sur kraft c’est pas mal !

pendant ce temps tip top sommeille dans l’atelier !

 


***




Tagué , , ,

La vague des drapeaux rouges

 

Voici où j’en suis de mes réflexions,

pensées, périgrinations,

sur ma gravure

« la manif »

***

Elle devait

donner quelque

chose comme ça :


 

Mais comme la plaque

des drapeaux m’apparaissait

très graphique, elle va plutôt s’orienter

vers quelque chose comme ceci :


 

Il me reste

à graver la plaque

des hampes des drapeaux

et de la vague, et à composer le texte

qui s’oriente vers :

je suis, je suis tu es, je suis tu es il est,

je suis tu es il est nous sommes vous êtes … ils ont !

Tagué , , ,