Archives Mensuelles: octobre 2015

FIL DE FER BARBELÉ : les essais

J’essaye d’imprimer du fil de fer barbelé : pas évident du tout. Après avoir résolu les questions pratiques de tenue du fil sur un support, il restait l’encrage et le passage sous presse.

Techniquement, ça passe, mais le résultat me déçoit un peu : trop schématique !

Alors, vais-je accepter une schématisation donnée par la technique, alors que pour moi, cette simplification du réel est d’habitude ma création ? Je ne sais pas encore … Demain, peut-être ?

les essais de barbelé direct

Tagué , ,

Le linograveur, imprimeur d’art, et le fil de fer barbelé

Expérimentations en linogravure :

De bon matin je pars sur les chemins à la recherche de fil de fer barbelé ! Eh oui, du vieux fil rouillé, encastré dans les arbustes, les ronces, le fouillis de la végétation. J’ai un peu vérifié, mon vaccin anti-tétanos semble être à jour !

Pourquoi du barbelé ? Ben, pour l’imprimer, tiens ! J’ai déjà essayé le grillage : tendu sur une plaque de contreplaqué à la bonne dimension, ça marche plutôt bien. Et ça a deux avantages :

  • primo, c’est du vrai grillage que j’imprime, et

  • deuxio, c’est bien plus rapide que de graver du grillage .

Alors, idem pour le barbelé, je vais essayer de l’imprimer, avec un défi supplémentaire, la « barbe » risque de dépasser et de percer le papier, pire abîmer mon cylindre de presse. Mais ce n’est pas une raison pour abandonner.

La récolte est bonne, sauf pour mes chaussures, mon pantalon, bien crottés, et mes mains un peu égratignées. J’y pense depuis quelques semaines à ce fil de fer. J’ai bien avancé, en terme de réflexion, mais il était temps de passer à l’action : je ne peux pas rester trop longtemps sur la simple pensée, : le réel, le matériel, le concret m’appellent.

J’ai redressé le fil, tordu, rouillé, par le temps et la pousse des branchages, je l’ai coupé à une dimension acceptable pour ce que je veux faire : un funambule équilibriste au dessus ! Ensuite, je voulais le coller au pistolet à colle, mais j’ai abandonné, et j’ai percé des petits trous de 1,5 mm et l’ai quasiment « cousu » sur un morceau de contreplaqué de 21 mm : avec les barbes aplaties, on arrive quasiment à la hauteur en papier des presses typographiques !

J’ai tracé un logement pour la plaque de lino que je veux encastrer dans le support, de façon à imprimer en une fois le personnage et le fil de fer barbelé : si j’arrive à réaliser tout cela, et surtout si ça marche, alors là, ce que je vais être content !

Il est tard, c’est dimanche soir, on est allés à un concert de Jazz à Nantes, la nuit est belle, la lune s’éclaire magnifique,je baigne complètement dans un univers artistique : Quelle chance !

Tagué , , , , ,

Linogravure, stages et atterrissage en douceur à la Bergerie

P’tit coup de blues à la Bergerie

Et voilà, un stage se finit, et c’est un peu le blues ! On fait des rencontres superbes, nous cinq cette fois, et au moment de se quitter, on voudrait que tout recommence ! D’accord, c’est la vie, mais quand même, les bons moments passent trop vite.

Alors, la dernière demi journée devient frénétique, c’est le moment de faire, encore et encore, imprimer, graver un p’tit truc à toute vitesse, faire des mélanges d’encres.

Ce sont des moments intenses, plaisants, et tristes à la fin, quand on réalise que c’est fini.

Même pour moi, j’ai envie de dire : surtout moi ! Pourtant j’organise d’autres stages, je sais qu’on va apprendre à se connaître, s’apprivoiser, et que très vite ce sera : « Hou-hou, c’est fini ! » 

Notre côté enfant se réalise à plein, dans l’enthousiasme de la découverte, et la tristesse de l’arrêt. On prend la vie à pleines dents, comme dans un rêve-éveillé.

Quelques images de ce qu’on a fait.

stage octo 2015:1

stage octo 2015:2

Tagué , ,

La linogravure s’exporte au Musée, et au Salon !

Expositions à Blain et à Nort, et stage à l’atelier

Je reviens de Blain, Musée de l’imprimerie : journée active, fatigante et pleine de surprises : la première, un graveur français, expatrié à Barcelone et qui suit mon blog depuis le début est venu voir « JPGraveur » carrément au Musée. Des quasi retrouvailles, puisque le lien existe, même s’il emprunte les voies très actuelles d’ internet !

Ensuite, Loulou, ma petite, est venue découvrir le musée, et surtout les « copains imprimeurs » de son papy. Je ne l’ai pas vue de la journée, sauf à midi pour le repas !

On a imprimé, parlé, expliqué, rit aussi (mon carburant perso!) et je crois qu’on a bien rempli notre rôle de passeurs de mémoire de typographie, d’estampes et d’impressions en tous genres !

blain nort atelier

Dans le même temps je participe au Salon d’automne des artistes de Nort sur Erdre et y expose mon phénix et mon Don Quichotte, un peu perdus parmi les peintures et les sculptures., et ce matin j’étais fasciné par des reflets étonnants sur le grand mur de l’entrée : le soleil sautait de vitre en vitre, et j’y ai vu une ville : gravure prochaine ?

Ce soir : aspirateur, mains qui rangent, jambes qui courent dans tous les sens, l’atelier doit être impeccable, un stage démarre demain avec Élodie, Christine, Marie et Daniel. J’ai préparé des petits format en lino : on va commencer par une ACEO, une petite carte d’artiste.

Tagué , , , , , , , ,

Gravure sur bois : ça change de la lino

Une gravure sur contreplaqué : retour au bois !

Je prépare un concours de gravure, et j’ai choisi le contreplaqué, de qualité très moyenne, mais avec des couches bien épaisses.

Alors, je commence par l’affûtage des outils, cela va sans dire, et les dessins.

J’ai choisi des travailleurs insouciants, qui après le labeur sont allés laver leurs outils dans … la Loire ! Ma petite dernière était scandalisée, « ça ne se fait pas, hein ? C’est de la pollution ! »

Elle est dans le vrai, on pollue beaucoup, dans nos activités, malgré les dires et les règles.

Et elle m’a parlé cette vision : inconscience, insouciance, habitude, quotidien …

blain 2015 et insouciance cp

Alors voilà, une gravure pleine de questions, avec réponses à choisir dans toute la gamme, positive ou négative …

J’ai refait un croquis d’après les photos, et décidé d’utiliser ma scie à chantourner, pour avoir deux plaques encastrées : les hommes d’un côté, et la Loire de l’autre : deux couleurs possibles aussi, avec certainement du noir et du gris moyen, et peut-être un dégradé pour le quai.

Mais je n’oublie pas Blain et le musée de l’imprimerie, pour dimanche. J’ai repris les plaques de l’enfant et le cerf volant, et imprimé un mémo pour le placement des pièces dans la presse.

***

Tagué , , , ,

Immersion Madrilène

Immersion madrilène !

Il était temps, les vacances nécessaires sont enfin arrivées, c’était Madrid. Et Madrid c’est « le Prado » avec « Les ménines » et aussi « Goya, le « Musée de la reine Sofia » avec « Guernica », et … la vie nocturne espagnole !

On n’a pas été déçu, la rue est toujours pleine, de jour comme de nuit, les musées étaient bien comme on les imaginait, « Guernica » pour de vrai reste une expérience poignante, avec tout l’environnement iconographique des années sombres de la fin de la république…

Le musée « Thyssen », imprévu pour nous, recèle des richesses insoupçonnées, le mélange surprenant d’un collectionneur inspiré et très riche, avec : « Degas », « Renoir », « Gauguin », « Van gogh », et mon préféré « Edward Hopper » : Voir là aussi, et pour de vrai « Hotel room » dans son format, laisse comme une impression de bonheur !

Un centre d’art contemporain au « Palacio de Cibeles » qui mêle art moderne et architecture baroque au possible …

Et puis, le « Prado », un peu trop classique, mais si riche de ses collections, redécouverte de « Goya », de « Jérome Bosch » et du « Greco », et les éternelles « Ménines » de Velasquez.

Le dépaysement est total aussi avec l’architecture flamboyante de baroque et de « colossale finesse » ! On a même visité un temple égyptien !

espagne 2015

Alors la lino dans tout cela ?

Un tout petit peu de lino chez la reine Sofia, mais un Don Quichotte en bronze, qui se rappelle au bon souvenir du mien !

Retour à La Bergerie, un programme bien chargé : La « Journée de l’Imprimerie » au Musée de Blain : « Château de la Groulais », dimanche 11 Octobre, avec des démonstrations de presses, et pour moi une impression en direct de ma gravure « l’enfant au cerf volant » avec ses 18 pièces et ses 4 couleurs en un seul passage : une performance à ne pas rater pour ceux qui ne sont pas trop loin !

Ensuite, le week end suivant un stage à l’atelier pour trois jour consécutifs, le suivant étant prévu les 27, 28 et 29 Novembre.

Et si j’en ai le temps, une gravure sur bois, pour un concours dont je vous reparlerai.

Tagué , , , ,