Archives de Catégorie: linoleum

Bientôt un stage à la Bergerie

Comme chaque année, j’ouvre mon atelier aux personnes qui veulent s’initier à la gravure en relief : sur lino, la linogravure ; ou sur bois, contreplaqué et médium.

Le prochain stage se déroulera du 22 au 24 juin, les vendredi, samedi et dimanche.

    • Le premier jour, nous abordons les bases de la gravure, par la réalisation d’une carte d’artiste de petit format : on dessine, on grave et on imprime dans la journée !
    • Le deuxième jour, c’est un peu plus orienté vers la technique : on prépare une plaque plus grande, et on consacre toute la journée à la gravure.
    • Le troisième et dernier jour, on s’intéresse à l’impression, sur les presses professionnelles de l’atelier, sur presses d’amateur, ou même à la main avec les outils correspondants, on compare aussi les papiers et les encres.
  • stages 2018.jpg

Il reste des places pour ce stage et les suivants. Ne tardez pas trop , je prend les inscriptions dans l’ordre des contacts, et je vais devoir bientôt ajuster mes tarifs, de nouvelles dispositions législatives m’obligent désormais à les augmenter dans le courant de cette année !

Publicités
Tagué , , , , ,

Une écharpe devient harpe en linogravure !

Une harpe en forme d’écharpe

Bien que mon pouce gauche continue à bouder dans son coin, j’ai décidé de reprendre la gravure : les projets se bousculent, les harpes me harponnent dans leurs cordes, et l’inspiration ne faiblit pas : aujourd’hui je dessine, je reporte sur lino, et je grave « l’ ÉC-HARPE ».

J’ai dessiné une femme qui court sous le vent, son écharpe volant derrière elle comme une crosse de harpe !

Je n’ai pas trop tâtonné, la jeune femme est venue assez vite, je « voyais » déjà la harpe en elle !

gravure écharpe.jpg

Tagué , , , , ,

La linogravure revisite la harpe

Bonjour !

Le temps bizarre de ces derniers jours oblige à être à l’intérieur : travailler, fainéanter, graver, dessiner, lire : tout cela !

En fait, je dessine, re-dessine, photographie mes dessins, les modifie, pour arriver à ce que « je sentais » un visage apparaissant dans les cordes d’une harpe, comme une inspiration Dali revisitée par un graveur.

projet harpe.jpg

Mais bien une créa, dont le dessin me plaît bien, mais dont la gravure va s’emparer, pour donner tout autre chose : la gravure en relief ne permet pas les traits fins des cordes et risque d’embrouiller le dessin initial, mais, mais, mais aussi d’apporter son style, sa signature, son effet, et peut-être gagner en évocation :

dessin plaque harpe.jpg

c’est l’impression qui le dira, en ce moment, je « patauge » dans un entrelacs de traits, et me perd un peu dans une abstraction surprenante, un peu surréaliste, heureusement, il y a la harpe, très figurative qui me sort de là !

début gravure harpe.JPG

gravure harpe cuisine !.JPG

Tagué , , , ,

Impression de l’affiche de la Saint-Jacques à l’atelier : lino et typo

impression-de-laffiche-de-la-saint-jacques-le-samedi-11-fevrier-2017

***

L’atelier, ce samedi, bruissait de multiples sonorités :

d’abord, assez tôt l’allumage du poêle à bois

et le crépitement des bûches.

Ensuite avec l’arrivée de ma collègue graphiste

une discussion impromptue sur les derniers

préparatifs de la forme à imprimer.

Puis, à l’arrivée des premières Imprimeures

l’ impression des premières affiches,

avec les rires et les exclamations

Aux sonorités se mêlent ensuite

les odeurs d’encre, le bruissement

des rouleaux, les interrogations et les conseils !

On a fini dans le temps qu’on s’était

imparti, avec la quantité retenue pour

cette première journée d’impression.

Le soir, les claies de séchage étaient

chargées de quatre vingt exemplaires.

Il en faut encore quatre vingt dix et

ce sera bon, pour le premier

passage : car on a décidé d’imprimer

une jolie frise d’étoiles dorées

sur les bandeaux rouges !

Tagué , , , , , , , ,

Linogravure de confitures

confitures

 

Après « les gamelles » je reste

dans la cuisine

avec les étagères à confitures !

linogravure en Noir et Blanc

30/40 sur papier écru 40/50

Tagué , , ,

Les outils du jardin, une nouvelle linogravure !

ourils-du-jardin

Les objets du quotidien

qui nous entourent

perdent tout doucement

jusqu’à leur identité.

On passe près d’eux sans un regard

on ne les voit même plus.

***

Sauf qu’à un moment,

ils surgissent, imprévus, inattendus,

et on les regarde enfin !

Ce qui m’est arrivé avec le vieux

vélo de l’atelier, et son pédalier.

***

J’ai pris une conscience aiguë

de leur existence réelle et

alors, je les regarde :

Et les outils du jardin,

accrochés n’importe comment

sous le hangar, prennent soudain

une existence insoupçonnée.

***

Je les photographie, les dessine,

les grave et les imprime dans une

sorte de frénésie extatique !

Et les voici : une linogravure

de 26/36 tirée sur papier

écru 180g de 40/50 !

Tagué ,

J’ai un aigle dans la tête

 

Il y a des fois, comme ça on est archi-débordé, et on n’en a pas encore assez ! Ce qui m’arrive en ce moment, je n’ai pas de temps, alors la création s’installe dans la tête, le coeur, les mains, et rien à faire, il faut y passer.

Alors tant pis pour l’herbe qui pousse trop vite, la haie qui est presque bonne à tailler, le bois qui encombre et qu’il faut couper d’urgence, j’ai un aigle dans la tête, et qui veut sortir !

Donc, dessins, gomme, crayon, papier, vite vite ça vient ! Je veux un aigle resplendissant, bourré de couleurs chaudes, des rouges, oranges, ors, noirs, dans un ciel de soir, bleu, rose, or !

Et ça tourne, retourne, m’emporte, m’arrête, et repart : comment cela va-t-il finir ? C’est-à-dire comment vais-je faire ? Faire, faire, faire ?

Comme souvent la solution bondit hors du lit au petit matin : la scie à chantourner, celle qui a une lame de 1 mm, qui tourne sur elle-même, et qui découpera l’aigle, les plumes, et le bec !

Je perce un trou minuscule, y passe la petite lame de scie, et dans la plus forte concentration, je pars à l’aventure de la découpe, là ou rien ne doit faiblir, lâcher, dérailler. Et ça marche, l’aigle s’extrait de son ciel sans souci.

découpe rapace

Tout ça parce que l’aigle aura du blanc sur un ciel bleu-rose-or : et donc je ne peux pas imprimer sur un ciel uniformément coloré. Comme tout va bien, j’ajoute un paysage de montagnes dans le lointain, et un soleil couchant. Je grave l’aigle un petit peu aussi, parce que quand même, c’est de la linogravure !

J’ai en tête les couleurs, et demain, c’est sûr je passe à l’impression !

Tagué , , , ,

HOP LA !

Une frontière,
un pont,
des enfants,
et Hop-la !
y en a plus !
on peut rêver …Hop-la !

Voilà,

ma petite dernière

une lino,

avec 10 plaques 

et une frise

au format inhabituel

de 25/60

en deux couleurs

sur Canson 180g,

dans ma série

des ponts,

qui franchissent,

qui relient,

qui font

rêver !

Tagué , ,

La linogravure ça interpelle, les petits, et aussi les grands !

Florilège des remarques

gentilles, sarcastiques, ironiques,

à propos de l’art et de la linogravure

« Ben vous alors, on peut dire que vous aimez les ponts !»

(pour une exposition consacrée aux ponts de Loire)

« Bé-hé qu’est-ce que c’est-y que c’t-engin là ? »

(arrêté devant une presse typo)

« Faut bien l’avouer quand même, c’est beau …»

(en sortant d’une salle d’expo)

« Le lino, c’est pas ce qu’on met par terre quand même ? »

(riant nerveusement après une explication)

« Mais, artiste c’est pas un métier, hein? »

(lors d’une discussion sur les artistes en général)

« Y a pas assez de couleurs, c’est pas d’ la peinture ! »

(en aparté avec sa voisine)

« Et … combien d’temps qu’y faut pour faire ça ? »

(l’oeil inquisiteur)

« Ben … ça vous occupe alors »

(rassuré)

« Mais alors, faut dessiner ? »

(déçu, pas trop content)

« Vous savez, avec une défonceuse, ou une petite fraiseuse ça irait beaucoup plus vite! »

(sourcils froncés du bricoleur)

« C’est pas ce qu’on faisait à l’école-primaire autrefois ? »

(regard très-très sévère, voire négatif)

« Mais oui, mais oui, je connais tu sais ! »

(à sa compagne intéressée, monsieur je sais tout)

***

Ma préférée, mais il s’agit d’une remarque d’un très jeune enfant lors d’une mini résidence en école, les enfants dessinaient des animaux et des personnages, et moi je les gravais et dessinais la forêt :

« Hé Jean Pierre, comment tu le sais alors ? »

« Comment je sais ? … heu, j’ai appris à graver … »

« Non-non, pas ça … »

« Quoi, alors ? »

« Comment tu le sais qu’il y a des animaux et des arbres dans le lino ? »

J’étais heureux que ça m’arrive ! J’avais lu qu’un jour, un enfant avait interpellé un sculpteur qui travaillait un bloc de pierre en lui demandant comment il savait qu’il y avait un cheval la dedans !

Et voilà, la véritable question pour un enfant n’est pas la technique, elle touche à la création, à la démarche qui nous fait partir de là pour arriver ici !

Dans le lino, il y a plein de choses, il suffit de savoir les chercher !

Tagué , , , , ,
Publicités