Archives de Catégorie: créativité

Linogravure en noir gris et blanc de « la pêcherie »

Hello ! dans mon dernier message je disais que j’avais recommencé » à graver : j’ai continué ! Cette fois, j’ai repris la plaque de « La pêcherie » et j’ai gravé le noir : donc j’ai enlevé tout ce qui devait être gris pour ne garder que le noir.
Puis j’ai imprimé, le ciel étant en attente – insoutenable, n’est-ce-pas ?
Bon, d’un autre côté, c’est déjà intéressant comme ça, mais pas assez « surréaliste » pour moi !

Tagué ,

Les peintres et Pallas Athéna

C’est un beau jour d’été, avec mon fils aîné, on a décidé de peindre dehors. Des années après, je me remémore cette journée, et décide de graver dans le lino cette ambiance artistique. Une muse nous inspire, ainsi Pallas Athéna, déesse des arts et des artisans, apparaît au dessus, en visiteuse curieuse et protectrice.

J’ai commencé par dessiner Pallas, m’inspirant de l’art nouveau pour sa coiffure. Je l’ai gravée une première fois après l’avoir découpée de la plaque principale. Et après quelques tirages d’essai j’ai décidé de lui donner plus de vigueur en ôtant toute la partie droite de ses cheveux. Il fallait accentuer son regard sur l’enfant et donc dégager l’espace entre eux.

Ensuite, j’ai gravé la plaque des deux peintres, et fais une pause : 

Je garde l’idée d’une gravure en Noir et Blanc ?
Ou je pratique la technique de la plaque perdue et j’introduis du gris ?

De plus en plus souvent, je démarre la gravure avant de savoir exactement où et comment je vais : cette méthode laisse une place énorme à l’inspiration, la créativité, la découverte. Elle donne aussi plus de vie aux images, et un peu de sur-réalisme.

Tagué , ,

Attraper la lune !

Après avoir retrouvé une ancienne photo de l’un de mes gars courant à travers champ, poussant une brouette en direction d’une énorme balle de paille, je suis parti dans la création d’une gravure, la lune prenant la place de la balle de paille.

J’ai tout d’abord dessiné l’ensemble de mon image sur la plaque de lino, ce qui était gris, comme ce qui était noir. Puis, j’ai gravé la plaque pour les gris, c’est-à-dire que j’ai enlevé les blancs.

Il s’agit de la technique de la plaque perdue, on commence par enlever les blancs sur la plaque, ensuite on imprime avec la couleur la plus claire, ici le gris, et pendant que le papier sèche, on grave à nouveau la plaque (la même) en enlevant cette fois les gris. Et on imprime les noirs par dessus.

Comme je pouvais isoler la lune (en la découpant à la scie à chantourner) je l’imprime en même temps que les noirs, mais en doré !

Il fallait un titre à cette image, je pense à « attraper la lune »ce qu’on a pratiquement tous essayé quand on était ados …

Tagué , ,

Créativité incertaine !

Bonjour !

Pour moi, le confinement imposé, même si je l’ai compris et respecté, n’était pas propice à la création. Surprenant, puisqu’il était censé libérer du temps, seulement voilà, le temps libéré par force n’est pas vraiment du temps libre …

Alors comme beaucoup je crois, ce temps disponible a été affecté aux tâches domestiques longtemps repoussées par justement ce manque de temps.

Aujourd’hui, après l’atterrissage du dé-confinement, je repars doucement dans la création : j’avais rouvert des boîtes de photos, datant de l’époque des photos sur papier et en avais sorti quelques-unes. Dont une où l’un de mes enfants courait dans un champ moissonné avec une brouette vers une énorme balle de paille, tel un « Sisyphe » moderne !

Cette image trainait en moi. Il y avait quelque chose à faire avec elle, mais c’était au temps morne du confinement, et rien ne venait. Alors je l’ai dessinée telle quelle, histoire d’attendre la lumière, si toutefois elle venait !

C’est venu tout doucement, et surtout avec la perspective presque certaine que ça allait déboucher. Tout d’abord, il fallait penser aux Noirs et Blancs. Chez les graveurs, cette notion est primordiale, l’un ne va pas sans l’autre. C’est comme en musique, les Noires et les Blanches. Aujourd’hui, cette évidence prend encore plus son sens avec la ségrégation scandaleuse des USA.

J’étais donc arrivé au noir et blanc : qui serait le noir et qui serait le blanc ? Dans la création graphique cette interchangeabilité va de soi. Évidemment, dans la vie courante ce n’est pas aussi simple.

J’ai sauté un nouveau pas : j’allais « métisser » tout cela ! Le gris arrivait !

Dans mon image le ciel était blanc, le sol gris, avec des noirs et des blancs ici et là, la botte noire à l’ombre, et grise au soleil, et le ciel tout blanc, avec quelques nuages, histoire d’assombrir un peu l’image.

C’était intéressant, mais sans plus : Qu’est-ce que ça disait ? Un temps j’ai pensé ajouter du texte. Alors j’ai remisé tout cela dans un coin de … mon cerveau, ma tête, mon cœur !

C’est un matin, (encore un matin !) au réveil, que l’idée s’est faite image : la botte de paille, pourtant essentielle dans la photo initiale, disparaissait. C’est la lune apparaissant sur l’horizon qui prenait place dans l’image, laissant l’imagination de celui qui regarde vagabonder : ce que je recherche dans mes images. 

Ainsi, la lune sera grise, ou noire, ou rouge grenat, je l’ai découpée de la plaque de lino, pour l’encrer séparément.

C’est bon, j’ai repris pied, l’enlisement ne fût que passager, l’a-venir vient, c’est tout bon !

Tagué