Archives Mensuelles: octobre 2014

Deux gravures de Manhattan par jpgraveur

 

Je préparais mon intervention pour Blain, et avais donc l’esprit bien occupé : seulement, voilà, quand c’est comme ça, j’ai une créativité impulsive et irrépressible qui veut impérativement s’exprimer. Qui n’attend pas et qui me force à se plier à elle.

 

Alors, sans que je comprenne vraiment, New York s’est imposé à moi, une avenue, chargée de voitures, et clin d’oeil, avec Cathy à vélo – tranquille.

 

 

cathy à vélo à manhattan

 

 

***

 

Ceci n’était pas suffisant, somme toute, c’était assez facile.

 

***

 

Alors une vue de Manhattan en arrivant par le pont de Brooklyn, un soir à la tombée de la nuit : une photo prise il y a bien quatre ans, en voiture, et que j’ai peiné à retrouver.

Comment rendre une tombée de nuit en gravure ? Comment rendre le dégradé des couleurs, quand le bleu du ciel s’assombrit, que les buildings se détachent à contre jour, que la route reste encore colorée et que les phares des voitures sont allumés ! Voilà qui était bien !

 

***

Et c’est là, que tapie dans l’ombre de mon esprit en ébullition, a surgi l’idée générale, puis les ramifications en idées secondaires, une plaque dessinée bien précisément : la « skyline » très nette sur le ciel, ensuite la découpe à la scie à chantourner équipée de la plus fine de mes lames : moins de 1 mm de large. Ensuite l’extraction des vides en ogive du pont de Brooklyn et le collage sur une plaque de médium qui reçoit le ciel : de la haute voltige, où tout a son importance, la découpe, la mise en place, le collage, la mise sous presse : parce qu’il faut que l’autre plaque vienne s’emboîter exactement

 

***

 

Et ça marche, avant même d’encrer, je sais que tout va fonctionner. Parce que pendant toute cette réalisation pratique, l’esprit fonctionne et anticipe : je vais créer des dégradés de couleurs sur les deux plaques, en mélangeant les couleurs sur la table à encrer avec les rouleaux.

 

***

 

le pont de brooklyn by night

 

***

 

Et voilà, j’ai quand même pu faire Blain ! Et m’y investir complètement, l’esprit enfin libéré de cette créativité intempestive !

Publicités
Tagué , , , , ,

Une princesse, la linogravure et le château de Blain

Lors d’un précédent article, je me préparais à mon intervention au Musée de l’imprimerie ancienne de Blain. Pendant trois jours, le musée ouvre ses portes au public, les machines tournent, les imprimeurs s’affairent, et le graveur invité grave.

J’avais bien préparé mon coup ! Ma petite fille Vivi s’était prêtée au jeu d’une séance de poses photos à l’atelier.

Je décidais de proposer une mise en abîme en direct le dimanche, quand ma gravure serait achevée. Une fois les photos réalisées, j’ai construit mon dessin, une petite fille imprime sur une presse à épreuve la gravure du château de Blain.

La gravure du château n’existe pas, c’est une photo tirée sur papier, et, comme disent les enfants, « c’est pour de faux », et Vivi m’a dit : « alors on triche un peu ? » ben oui, mais c’est pour la bonne cause !

photos vivi avant

Une fois le dessin réalisé, je l’ai reporté sur une plaque de lino, et j’ai attendu pour le graver d’être dans les murs du château !

Ce fut dur ! Il est quasi impossible de graver en public, en expliquant ce qu’on fait, alors, samedi soir je me suis enfermé dans l’atelier, tout seul pour avancer un peu, et de même très tôt le matin suivant !

Dimanche tout était prêt, les enfants de l’association attendaient Vivi qui s’est retrouvé être la « Princesse du Château », puisqu’elle allait l’imprimer.

vivi imprime blain

Le début fut un peu tendu, à 7 ans tout juste, c’est impressionnant la foule, surtout quand on est la cible de tous les regards. Mais une fois installée devant la presse, qui ressemble très fort à celle de l’atelier, les appréhensions ont disparu, et nous avons eu droit à :

« Vivi imprime Vivi, qui imprime le château dans le château ».

mise en abîme

J’étais content, les gravures sont belles, Vivi est fière d’avoir fait tout cela pour moi. Une fois encore, la gravure me comble d’aise ! Elle permet les rencontres, les belles rencontres, et le partage.

la robe de vivi

What else ?

Tagué , , , , ,

Une linogravure « en live » au musée de l’imprimerie ancienne à Blain

 

Bientôt, je vais travailler pendant un week end au château de Blain, au musée de l’imprimerie ancienne. En effet, l’association qui le gère fête ses 20 ans, les 10, 11 et 12 octobre.

musée blain 2

 

On s’est rencontré il y a quelque temps, et on s’est trouvés complémentaires ! Alors, en route pour cette aventure.

Pour que ça soit intéressant, pour eux comme pour moi, il fallait un projet, une raison, et pas seulement une présence.

musée blain 1

 

***

J’ai choisi de faire une performance durant ces trois jours : un peu comme je l’avais déjà fait à Châteaubriant lors de la soirée Pulcéo : réaliser une gravure et l’imprimer. Cette fois je dispose de trois jours, alors je vais graver « du lourd ».

J’ai en tête quelque chose comme : – une allégorie de l’imprimerie, – avec de la gravure, – à Blain. Donc, sur ma linogravure,  il va y avoir une presse d’imprimerie, une gravure,  un château, et une jeune femme : un peu comme les allégories du XIX° siècle !

blain 3

 

                                                                                                                                                                                                                                    ***


J’ai « cogité » et tout a pris forme à l’atelier, le dessin est au point, reproduit sur la plaque, mais, comme j’aime bien les surprises, tout cela ne sera dévoilé que les 10, 11 et 12 Octobre. J’ai même une surprise supplémentaire lors de l’impression en direct, alors rendez vous pour celles et ceux qui le peuvent à Blain, Château de la Groulais, musée de l’imprimerie ancienne les 10, 11 et 12 octobre l’après-midi.

Tagué , , , , ,