Archives Mensuelles: août 2016

La lino du tas de bois

 

Lors de mes deux articles précédents,

je vous faisais part de mes cheminements :

Un projet, mené à son terme, se charge

de changements, de réflexions, c’est le jeu

de la création, garder l’oeil bien ouvert

ainsi que l’esprit, et savoir penser à l’envers.

Et voilà, le résultat, j’ai ombré les creux

entre les rondins, et ça me plaît mieux !

image finale tas de bois

Publicités
Tagué , ,

Tas de bois indocile, et linograveur persévérant

 

J’étais resté dans mon précédent article

sur la première couleur de mon tas de bois.

J’ai donc repris la plaque et enlevé

tout ce qui était ivoire, de façon

à imprimer en brun clair tout

ce qui était écorces et ombres.

plaque tas de bois 2° état

L’impression passe très bien, le

repérage est excellent, mais…

mais … mais … mais …

les couleurs sont trop « tendres »

et je ne trouve pas ce que je cherchais !

tas de bois 2ème état

***

Alors, je vais tenter une troisième couleur :

comme les écorces et les ombres

sont exprimées par le brun clair,

je vais garder les ombres sur la plaque,

et les encrer en brun très foncé.

Je fais un test sur un brouillon,

tas de bois projet 3ème couleur

et ça me semble bon : de plus comme

il s’agit de la technique de la plaque perdue,

rien n’est perdu, elle finira encore

plus dépouillée qu’elle ne l’est !

***

Demain ou après demain, gravure :

je ne garderai que les ombres entre les rondins

pour les imprimer en repérage.

Ma plaque devient de plus en plus abstraite …

Pourvu que je ne verse pas dans le

conceptuel, et autres domaines

pour le moins inquiétants,

puisque je présente

un tas !

plaque prête 3ème gravure

Tagué , , , , ,

La linogravure d’un tas de bois

 

Les tas de bois, bien rangés ou en désordre

m’ont souvent fasciné par l’aspect

très graphique des cercles,

des formes étranges de certaines bûches,

et encore plus par les vides

très sombres entre elles.

***

Je voulais donc graver,

mais le « noir-et -blanc » ne

me convenait pas vraiment.

Le bois partout présent ici,

dans l’atelier, la maison, dehors,

a une couleur chaude.

J’ai dessiné rapidement

le début de mon projet :

le bois assez clair

les ombres bien foncées.

tas de bois 0

***

C’était sûr, il fallait deux couleurs :

ou deux plaques, ou la technique

de la plaque perdue : j’ai choisi celle-ci.

Un peu d’éphémère ne nuit pas à la création.

J’ai observé, repris des photos,

me suis attardé devant les

tas de bois bien empilés,

et j’ai dessiné sur la plaque.

chat et bois

***

J’ai préparé une teinte

ivoire-orangée pour le fond :

Comme les ombres et les écorces

seraient brunes, il fallait avoir du brun

dans l’ivoire : donc beaucoup de blanc,

du brun et une touche de jaune.

J’ai comparé avec une grosse rondelle

de saule fraîchement coupée,

c’était bon !

préparation couleur tas de bois

 

saule

***

J’ai gravé la plaque de lino :

enlevant juste les blancs.

Puis l’ai encrée en ivoire et

j’ai imprimée 20 exemplaires

sur un papier blanc-écru de 170g.

1ère impression tas de bois

Ensuite, j’ai repris la plaque,

et dessiné les parties à conserver :

les plus foncées, et gravé ce qui

allait être ivoire sur l’estampe.

C’est assez complexe, je veux

du brun pour les fissures, l’écorce

et les ombres entre les bois :

Alors que je figure un tas de bois,

j’entre dans l’abstraction avec

des lignes et des aplats !

préparation 2ème plaque tas de bois

***

Pour imprimer, j’utilise ma grande presse

typo entièrement manuelle, mais avec

un système de pinces pour le papier,

qui permet de remettre la feuille exactement

au même endroit pour l’impression de

la deuxième couleur, et comme la plaque

de lino est replacée au même endroit,

bloquée par les diverses cales, j’obtiens

un repérage parfait entre les couleurs.

dans la presse

***

J’en suis là, les feuilles sèchent, et demain

je finis la deuxième gravure de la plaque.

Tagué , , , , ,

INSOUCIANCE gravure sur bois en deux couleurs

 

Il y a peu, je réalisais une gravure sur bois pour un concours. Il ne fallait pas qu’elle soit publiée avant les résultats. Maintenant, c’est bon : j’ai pas été primé, mais je vous la présente !

C’est une gravure réalisée sur contreplaqué de mauvaise qualité : celui que je préfère quand je veux un fond « texturé ». Je voulais deux couleurs, alors j’ai gravé et découpé à la scie à chantourner à très fine lame.

 

insouciance 2

 

Elle me plaît bien, cette image, elle me rappelle la stupéfaction de ma petite fille outrée de voir les deux gars tranquillement nettoyer leur brouette et leurs truelles dans la Loire ! Mais elle est aussi très graphique : on était légèrement en hauteur, sur la cale d’appontage, et on n’a pas de ciel, juste l’eau qui coule.

J’ai imprimé les gars en noir, l’eau en gris, et le sol en dégradé de noir vers le gris.

Je me demande encore pourquoi j’ai pas été primé !

En réalité, je le sais, mes travailleurs contemporains insouciants, n’ont pas fait le poids devant des oeuvres qui avaient quasiment un siècle d’inspiration classique ! Et même divine pour certaines … Faut pas exagérer quand même, hein ?

Tagué , ,