Archives Mensuelles: juillet 2011

linogravure, tendinite et réflexions …

Voilà – voilà – voilà !

Chante ma chanteuse préférée du moment,

ce qui doit arriver arrive, forcément : à force de graver,

de travailler de ses mains sans compter, le corps se fatigue et crie

stop !

Après les quasi félicitations du médecin pour les tendinites :

au poignet, à l’épaule et au cou, les remontrances :

ça va pas non ? j’ai prétexté de mon âge, rien à faire,

« à 25 ans ce serait pareil ! »

Alors calme, repos forcé, fin de la gravure en douce, et place

aux impressions, à la typo et à la réflexion.

Bon d’abord, la fin de la gravure en cours, quasi achevé quand

les tendons ont protesté :

puis impression :

Moment intéressant, la plaque révèle enfin l’image 

les premières épreuves d’essais sont soigneusement observées

pour corriger, peaufiner l’image :

 Enfin, tout cela sèche

pendant des heures dans l’atelier.

J’en profite pour réceptionner une nouvelle police de caractères

en plomb : Touraine, assez élégante ma foi :

Bienvenue Touraine !

Et puis, c’est la rencontre, imprévue

mais pas inattendue, de celles au contraire

qu’on espère sans trop s’illusionner, d’une artiste

voisine, créative, énergique, décidée, motivée, qui veut s’essayer

à la typo, la gravure pour un, deux, livres d’artiste,

et avec qui je parle, discute, travaille

déjà pendant des heures !

Alors finalement la tendinite tombe bien :

ne pouvant graver, je peux composer du texte,

m’investir un peu dans son projet,

réfléchir et penser aux portes de créativité qui s’ouvrent

Alors un peu de repos pour les mains

mais l’esprit au travail !

et le coeur à l’ouvrage !

À bientôt !

Publicités
Tagué , , ,

Petite lectrice très sage

Dans ma série des lectrices,

les enfants arrivent :

Eux savent lire assis, allongés, debout, affalés !

Je commence par la plus sage,

confortablement installée sur une chaise

dans la douce lumière du matin

je l’ai photographiée, dessinée, redessinée

décalquée et finalement quand je fus satisfait

reportée sur la plaque de lino :

J’ai désormais pris l’habitude de détourer le lino

dans les blancs extérieurs :

le risque de maculage est diminué.

Décidément, les cheveux de mes modèles m’inspirent :

j’aime le coté surréaliste, parfois abstrait des mèches

qui s’entortillent, virent et s’ébouriffent !

J’ai choisi une robe à pois : vivent les pois !

ils auraient pu être clairs sur un fond foncé :

trop facile ! j’ai fait le contraire : chaque pois doit être

gravé, formé, individuellement !

Si j’avais choisi l’inverse, 

il suffisait de percer

chaque pois, avec une alène

ou une toute petite mèche à bois …

Et voilà pour finir un gros plan de la gravure du visage :

il reste encore à affiner la bouche et les yeux !

Ce qui n’est pas le plus facile.

***

Pendant ce temps, dans le jardin,

les pruniers ploient sous les fruits,

alors derrière la porte, 

Cathy fait ses confitures de l’été :

Tagué , ,

Exposition de juillet à Nort sur Erdre

 

 

 

Ouest France   lundi 4 juillet 2011