Archives de Catégorie: linogravure

De la linogravure avec ma grande presse typo Deberny & Peignot

Je continue donc de fêter les 10 années de bonnes et loyales impressions de linogravure par ma grande presse. Je poste ci dessous une bonne dizaine d’images de ces impressions sur deux ans : 2012 & 2013. Avec l’arrivée d’une presse à rouleaux-en bois, et pour finir l’impression de la première affiche de la Foire Saint Jacques aux Touches avec les bénévoles de l’association.

Publicités
Tagué , ,

Un livre d’artiste en linogravure et en typographie au plomb

Depuis quelque temps, j’ajoute des textes à mes linogravures : des titres, ou des poèmes, alors, forcément, l’idée est venue de réunir des gravures ensemble, et mieux encore, de graver et d’écrire en fonction d’un recueil.

C’est donc en pensant à un livre d’artiste que je grave, je compose et j’imprime en ce moment à l’atelier. Mais, quand tout cela se met en place, d’autres idées surgissent, et c’est donc à deux livres que je me suis « attelé ». Le premier s’intéresse aux animaux de mon entourage, le deuxième aux outils de ma boite à outils.

Je vous présente, aujourd’hui, la réalisation d’une feuille : à gauche la page de texte, à droite une linogravure : aucun rapport entre les deux, puisqu’il s’agit de deux pages différentes du livre.

J’avais prévu un marteau, j’ai ajouté des clous, et une petite toile d’araignée, ça arrive, même dans les boites à outils utilisées ! Le marteau est noir et rouge : alors je l’ai découpé.

La toile d’araignée est gris-argenté, je l’ai découpée aussi, pour encrer séparément les pièces, mais les imprimer en une seule opération !

Tagué ,

La Deberny & Peignot, la suite !

Je me plonge donc dans les 10 ans passés avec ma D&P, et je continue avec les années 2011

  • Extérieur intime 
  • Chambre gravée (en mars)
  • Cathy allongée
  • La Sieste (en mai)
  • Lectrice éperdue (en juin)
  • Très sage (juillet)
  • La clé (août)
  • Le déménagement des presses 
  • Le voilier de Brooklyn (septembre)
  • À quoi pensent les New Yorkais (décembre)

Ma presse une fois installée trouva vite sa place dans ma tête, mais dans l’atelier, rien ne va plus, les machines à bois voisinent avec les presses, et la poussière ne fait pas bon ménage avec les encres. Ainsi, en septembre, on déménage tout : les presses et les casses d’imprimeurs rejoignent la grande pièce, et les machines à bois l’autre pièce, une belle équipée : on a bougé quelques tonnes de matériel, mais on était nombreux, les enfants, les amis du hameau, et tout s’est terminé par un pantagruélique repas …

Tagué , ,

Linogravure : cheval alezan

Dimanche, il faisait beau, balade à la campagne, des chevaux dans les prés, et l’un d’eux, véritable beauté naturelle s’est prêté au jeu de la photographie.

Alors, hier une gravure bien inspirée, avec un petit poème. Mon idée est de réaliser un livre d’artiste avec la linogravure et la typographie au plomb. J’ai déjà gravé plusieurs animaux et écrit de petits poèmes comme celui qui accompagne la linogravure du cheval.

Tagué , , ,

La Deberny & Peignot : les débuts

Je me plonge donc dans les 10 ans passés avec ma D&P, et je commence par les années 2009/2010 :

La Liberté, avec un cadre cette fois, puisque le format de la presse le permet

Nantes : un bois très long en deux parties !

L’homme au Turban, un amis trop tôt disparu,

Une affiche pour les portes ouvertes, un bois : les cardères et de la typo en bois

Le baiser, une gravure qui m’avait pris un temps fou, et qui respire dans ce format,

Les gens sur un banc, une gravure qui vient tout droit de New York, 

New York, encore un grand bois, découpé et gravé

Et pour terminer l’année 2010 un livre accordéon réalisé avec les enfants d’une bibliothèque voisine

Ma presse à peine installée trouva vite sa place dans ma tête, dans mes mains, dans mon cœur aussi : c’était comme si elle avait toujours été là, un peu (oui, un peu quand même) comme les amis dont on ne sait pas comment on faisait – avant – sans eux !

Tagué , , ,

ANNIVERSAIRE

Dixième anniversaire de la grande presse de l’atelier !

Il y a dix ans, jours pour jour, ma grande presse Deberny & Peignot arrivait à l’atelier, transportée de Bretagne aux Touches avec deux de mes enfants, heureux d’aider leur papa !

Je l’avais découverte pendant une petite semaine de vacances à Concarneau, par le plus grand des hasards. La gérante d’une petite imprimerie typographique située à côté de l’hôtel m’avait indiqué qu’un collègue se séparerait certainement d’une assez grande presse à affiches.

La rencontre avec le typographe fut ce qu’on peut appeler une belle rencontre, on a eu de suite plein de choses à partager, et je le sentais heureux aussi de savoir que sa presse allait à nouveau servir, sortir de sa léthargie, elle qui s’était arrêtée d’imprimer en 1985.

Et depuis 10 ans, la Deberny & Peignot trône dans l’atelier, et sert à tout, de la toute petite carte à la grande affiche, en passant par mes « grands formats » : elle accepte le papier en 60/84, en A1, en Colombier affiche …

Elle est arrivée le 1er Octobre 2009, l’année où j’ai vraiment commencé à graver en professionnel : la toute première impression fut : « le coq du clocher » effectuée « à l’arrache » la presse à peine installée.

Pendant tout ce mois d’anniversaire, je reviendrait année par année sur les impressions effectuées sur « La Deberny » et l’histoire de cette presse et de sa marque.

Tagué , ,

La vie de l’atelier de la Bergerie

Quoi de neuf à La Bergerie ?

Eh bien, après les journées du patrimoine au Château de la Groulaie à Blain (350 visiteurs) je retrouve l’atelier avec plaisir !

J’ai deux objectifs en rentrant de Blain : d’une part imprimer la page de titre d’un petit livre d’artiste que je suis en train de réaliser avant mercredi soir, d’autre part ranger et nettoyer complètement l’atelier pour le stage qui démarre vendredi.

Hier j’ai donc imprimé trois couleurs en même temps, avec des motifs très près les uns des autres, il a fallu ruser ! Et démonter la composition à chaque impression, pour encrer séparément les pièces : un peu acrobatique, mais après quelques tâtonnements pour empêcher les caractères de tomber, le système fonctionne !

Ce matin, rangement, balayage, nettoyage des vitres et hop un atelier tout neuf : c’est un aspect collatéral des stages, trois fois par an, nettoyage de fond en comble !

Tagué , ,

Fragile !

Après une semaine de vacances à Paris, retour à l’atelier, la tête pleine d’images : l’atelier des lumières avec Van Gogh et le Rêve Japonais, le musée de Cluny avec La Dame à la Licorne, le musée Guimet avec encore les Japonais et la Route de Toikaido. Enfin avec cette image déconcertante de Notre Dame enfermée dans sa palissade de bois surmontée de barbelés, comme une contagieuse, une marginale, une exclue. Alors, en rentrant, j’ai gravé une petite cathédrale « fragile » posée dans une flamme immense, essayant ainsi de retrouver l’émotion qui m’avait saisi en regardant la vraie …

Tagué ,

Stages de l’été

Bonjour,

Vous qui me suivez depuis quelques années, peut-être êtes vous tenté par un atelier de trois jours ici, à La Bergerie, Aux Touches.

Le prochain stage se déroule les vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 Septembre, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

  1. Le premier jour, nous abordons les bases de la gravure, par la réalisation d’une carte d’artiste de petit format : on dessine, on grave et on imprime dans la journée !
  2. Le deuxième jour, c’est un peu plus orienté vers la technique : on prépare une plaque plus grande, et on consacre toute la journée à la gravure.
  3. Le troisième et dernier jour, on s’intéresse à l’impression, sur les presses professionnelles de l’atelier, sur presses d’amateur, ou même à la main avec les outils correspondants, on compare aussi les papiers et les encres.

Il reste deux places pour le stage de septembre, limité à 4 stagiaires.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant, par mail, par téléphone ou par courrier postal !

À bientôt de se revoir.

Tagué , , ,

Rencontres à Quimiac

Généralement, on fait un article pour présenter une expo qui va démarrer! Cette fois, c’est l’inverse, l’expo est finie, il est trop tard pour venir mais pas pour lire la suite :

Un collectionneur des estampes de Frans Masereel, ainsi qu’un autre des gravures de Jean Emile Laboureur sont venus exprès pour rencontrer le graveur – et ses gravures. Chacun à sa façon s’est réjoui de voir « pour de vrai » mes estampes, et l’un d’eux m’a même dit que j’étais un bon successeur de ces graveurs d’autrefois…

De même, le petit neveu de M. Arnéra, l’imprimeur de Picasso à Vallauris quand il gravait le lino, est venu lui aussi spécialement pour l’expo. L’émotion était forte entre l’imprimeur-éditeur qu’il est devenu, et le linograveur que je suis aujourd’hui : on avait l’impression de rejouer une pièce jouée il y a bien longtemps…

Deux jeunes artistes linograveures sont elles aussi venues pour voir, toucher et parler technique et création, avec l’intime conviction qu’elles apprendraient vraiment, diraient, et échangeraient.

En si peu de temps, une dizaine de jours, et de telles rencontres, c’est seulement après qu’on peut savoir ce que nous réservent les « petites expo provinciales » !

Aujourd’hui, retour à l’atelier, tout en douceur.

Tagué , , , , ,
Publicités