Archives de Catégorie: linogravure

Fragile !

Après une semaine de vacances à Paris, retour à l’atelier, la tête pleine d’images : l’atelier des lumières avec Van Gogh et le Rêve Japonais, le musée de Cluny avec La Dame à la Licorne, le musée Guimet avec encore les Japonais et la Route de Toikaido. Enfin avec cette image déconcertante de Notre Dame enfermée dans sa palissade de bois surmontée de barbelés, comme une contagieuse, une marginale, une exclue. Alors, en rentrant, j’ai gravé une petite cathédrale « fragile » posée dans une flamme immense, essayant ainsi de retrouver l’émotion qui m’avait saisi en regardant la vraie …

Publicités
Tagué ,

Stages de l’été

Bonjour,

Vous qui me suivez depuis quelques années, peut-être êtes vous tenté par un atelier de trois jours ici, à La Bergerie, Aux Touches.

Le prochain stage se déroule les vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 Septembre, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

  1. Le premier jour, nous abordons les bases de la gravure, par la réalisation d’une carte d’artiste de petit format : on dessine, on grave et on imprime dans la journée !
  2. Le deuxième jour, c’est un peu plus orienté vers la technique : on prépare une plaque plus grande, et on consacre toute la journée à la gravure.
  3. Le troisième et dernier jour, on s’intéresse à l’impression, sur les presses professionnelles de l’atelier, sur presses d’amateur, ou même à la main avec les outils correspondants, on compare aussi les papiers et les encres.

Il reste deux places pour le stage de septembre, limité à 4 stagiaires.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant, par mail, par téléphone ou par courrier postal !

À bientôt de se revoir.

Tagué , , ,

Rencontres à Quimiac

Généralement, on fait un article pour présenter une expo qui va démarrer! Cette fois, c’est l’inverse, l’expo est finie, il est trop tard pour venir mais pas pour lire la suite :

Un collectionneur des estampes de Frans Masereel, ainsi qu’un autre des gravures de Jean Emile Laboureur sont venus exprès pour rencontrer le graveur – et ses gravures. Chacun à sa façon s’est réjoui de voir « pour de vrai » mes estampes, et l’un d’eux m’a même dit que j’étais un bon successeur de ces graveurs d’autrefois…

De même, le petit neveu de M. Arnéra, l’imprimeur de Picasso à Vallauris quand il gravait le lino, est venu lui aussi spécialement pour l’expo. L’émotion était forte entre l’imprimeur-éditeur qu’il est devenu, et le linograveur que je suis aujourd’hui : on avait l’impression de rejouer une pièce jouée il y a bien longtemps…

Deux jeunes artistes linograveures sont elles aussi venues pour voir, toucher et parler technique et création, avec l’intime conviction qu’elles apprendraient vraiment, diraient, et échangeraient.

En si peu de temps, une dizaine de jours, et de telles rencontres, c’est seulement après qu’on peut savoir ce que nous réservent les « petites expo provinciales » !

Aujourd’hui, retour à l’atelier, tout en douceur.

Tagué , , , , ,

La fête de l’estampe au château de Blain

13 GRAVEURS AU CHÂTEAU

Cette année encore, c’est dans le cadre majestueux du Château de La Groulaie que se déroulera à Blain la Fête nationale de l’Estampe. Une estampe, c’est une image obtenue par l’impression d’une matrice sur une feuille de papier .

Du 21 Mai au 2 Juin, 13 artistes graveurs réunis pour la circonstance, exposeront leurs œuvres dans la salle Anne de Bretagne au Château. 

En effet, le 26 Mai c’est l’anniversaire de l’Édit de Saint Jean de Luz par lequel le roi Louis XIV accordait aux graveurs du royaume la liberté d’exercer en dehors de toute corporation.

Partout en France, à cette date, les graveurs organisent leur manifestation, en atelier, galerie, musée, et à cette occasion, le Musée de l’imprimerie ancienne de Blain se joint aux artistes graveurs pour marquer cette journée.

À Blain, nous serons 13 graveurs, 11 professionnels, et 2 jeunes pousses de 11 et 16 ans, mais qui gravent depuis longtemps. Parmi les graveurs, certains gravent « en relief » : le bois, le lino, d’autres « en creux » : le cuivre, le zinc, et certains mêlent la gravure et la typographie : nous offrons aux visiteurs un vaste panorama de la gravure telle qu’elle est pratiquée au XXI° siècle.

L’exposition proprement dite se déroule du 21 Mai au 2 Juin aux heures d’ouverture du château : de 14h à 18h30 en semaine, de 10h à 12h et de 14h à 18h30 le dimanche.

Les animations et démonstrations ont lieu les 25 et 26 Mai et le 2 Juin, toute la journée au Musée de l’Imprimerie Ancienne au Château. Les entrées sont libres et accessibles à tous.Pour le collectif, jpgraveur, artiste professionnel 

Tagué , , ,

Un peu, beaucoup, de bénévolat, mais quelle joie !

Depuis que nous avons relancé la foire Saint Jacques, foire culturelle, ici Aux Touches, je réalise l’affiche. Cette année, j’ai linogravé l’ensemble de la feuille, ne mettant que très peu de texte : le titre, la date, le lieu et le thème.

On a eu la chance avec nous : la communauté de communes à mis 24 abribus à notre disposition ! Alors on a scanné mon affiche, on l’a agrandie au format requis, et la voilà !

Si vous n’avez jamais croisé un graveur heureux, c’est le moment ! la foire c’est dans deux jours !

Tagué , ,

Préparation de la fête de l’estampe

Une expo-animation à peine achevée, je pense déjà aux autres ! Aujourd’hui à l’atelier-musée de l’imprimerie de Blain on prépare la fête de l’estampe que j’organise là-bas avec 12 autres graveurs. On a composé puis imprimé l’affiche de cette manifestation : « 13 graveurs au château ». Heureusement, on était quatre : Marielle, Bernard, Eugène et moi et moi et moi !

Tagué , , ,

Quoi de neuf à L’Atelier de la Bergerie ?

Tout d’abord , il y a eu les vacances scolaires, et donc les petits enfants à l’atelier : pour dessiner, graver, et même faire une composition typographique d’un poème de Jacques Prévert ! 


Ensuite, une amie graveuse est venue s’initier à la typographie d’affiche et on en a réalisé et imprimé une, format raisin, avec de bon gros caractères en bois : de l’antique et de l’égyptienne, pour une médiathèque.




Et aussi, Olympe (de Gouges, forcément) a fait une entrée remarquée à la maison et à l’atelier : elle adore bousculer tout ce qui traine sur les étagères.


Quant à moi, j’ai imprimé ma nouvelle gravure « la sieste » en noir et gris du papier.


Pour finir, l’équipe de la Saint Jacques est venue imprimer la typo de l’affiche de la prochaine fête : une journée à imprimer, malaxer les encres,

retoucher les affiches une par une pour des ajouts rouges …

monter et descendre l’escalier pour les accrocher à l’étage.

Tagué , , ,

Effervescence à l’atelier

Effervescence à l’atelier ce samedi

Samedi matin, on avait rendez vous à l’atelier avec l’équipe qui prépare la foire Saint Jacques des Touches.

En effet, on imprimait l’affiche de la foire, et il faut des bras : on avait prévu d’en tirer 190 exemplaires !

La presse est mon ancienne Deberny et Peignot de 1920 , la presque centenaire, mais toujours aussi vive !

J’avais calé ma plaque : le trois mâts de Julienne David, notre « mascotte » de 2019, et une fois l’encre noire préparée, on a commencé.

Mais comme il s’agit d’une foire qui a pour thème les corsaires, un peu les pirates et les boucaniers, il fallait du rhum dans cette histoire ! Alors de même qu’un vieux typographe écossais avait dilué son encre au whisky, j’ai dilué la nôtre avec un peu de rhum, pour le fun !

On a bien travaillé, bien ri, bien chahuté, mais même après un repas « pirates » concocté par Maryse et Cathy : avec une salade d’avocat au crabe, un ragout de bœuf aux épices, et des pommes au four, à la confiture et aux noix, on a réussi à imprimer nos 192 affiches. Enfin, on les a mises à sécher dans les claies et à l’étage de l’atelier sur les cordes à linge.

Rendez vous est pris pour dans 15 jours, afin d’ajouter la typo, le texte à l’image !

Mais que fait un graveur en janvier ?

Hé bien, pendant ces longs mois d’hiver, votre graveur – préféré ! – prépare l’affiche de la Foire Saint Jacques 2019 Des Touches.
Cette année, le thème général c’est : « Les Corsaires » mais surtout, « Julienne David » Corsaire Nantaise, issue d’une famille Touchoise !

Alors, après des heures de gravure, aujourd’hui, c’est le moment attendu de l’impression du trois mâts que j’ai choisi en fond d’affiche ! Il mêle mes souvenirs d’enfance, mes lectures, et mon imaginaire actuel :



Tagué ,

Culture paysanne


Sur le chemin, devant l’atelier, ce sont plutôt les tracteurs qui passent, surtout l’hiver. Mes petites filles sont ravies de les voir : elles habitent en ville. Je les entendais, un été passé, jouer aux couleurs et aux noms des paysans : Roger a un tracteur rouge, donc c’est la règle pour tous les autres, le tracteur vert est à Verret, le jaune à Jaunet, et le bleu à Bleuet …

Je vis au milieu des champs, des arbres, des oiseaux, des vaches, mais aussi des tracteurs. J’en ai déjà gravé plusieurs : un très moderne et très gros, un vieux tout rouillé, abandonné dans l’herbe.

Il y a peu, un tracteur orange (hum !) sorti des temps anciens roulait sur le chemin, tirant une tonne à eau, sans cabine, pétaradant, fumant. Je n’ai pas résisté au plaisir de le dessiner très vite, et l’ai gravé sans rectifier les traits, pour garder la spontanéité du premier jet.

Mon dessin me plaisait bien, mais il manquait de vie, alors j’ai décidé que les pneus seraient noirs, et que la fumée du tuyau d’échappement serait grise. Et là, ça devient délicat, la gravure est achevée, et la plaque de lino doit être découpée à la petite scie à chantourner : il faut être très calme, attentif à la coupe, et surtout rester dans le trait. 

À la fin j’obtiens trois morceaux, les roues, le corps du tracteur et la petite fumée : chacun va être encré séparément, puis assemblé avec les autres, et l’ensemble fixé dans la presse avant d’être imprimé. Voilà, c’est fini, il reste le séchage.

Tagué ,
Publicités