Archives de Tag: ponts

Exposition de ponts à St Mars du Désert :

 

Du 4 au 19 mars 2016, j’expose mes gravures dans le cadre du festival « Frontières » de l’organisme de formation en langues « Polyglotte ».

Cette exposition se déroule dans la salle du conseil de la toute nouvelle mairie de Saint Mars du désert. Tous les jours ouvrables, aux horaires habituels d’ouverture.

L’an passé, j’étais déjà à St Mars, et cette fois dans le cadre de « Art Démo » lorsqu’il s’est agit de faire nos adieux artistique avant la démolition de la vieille mairie.

J’avais choisi le thème du « phoenix » qui renaît de ses cendres, et l’avais gravé dans le plancher de chêne d’une des salles, et aujourd’hui je jubile de cette prémonition !

Les visiteurs pourront ainsi s’intéresser aux ponts qui relient les gens que les frontières séparent : naturelles comme fleuves ou artificielles comme les barbelés.

Hop-la !

 

Publicités
Tagué , , , ,

Linogravures à l’artothèque de Chateaubriant

 

Je présente quelques gravures

à l’artothèque de Chateaubriant

du 12 au 28 février 2016.

Vous pourrez ainsi voir,

emprunter ou acheter :

« les reflets bleus »

« le phénix du pont »

« la Loire sortie de son lit »

et « coucher de soleil sur Manhattan »

ainsi que les oeuvres des collègues !

affiche artotheque-1

Tagué , , , ,

La linogravure ça interpelle, les petits, et aussi les grands !

Florilège des remarques

gentilles, sarcastiques, ironiques,

à propos de l’art et de la linogravure

« Ben vous alors, on peut dire que vous aimez les ponts !»

(pour une exposition consacrée aux ponts de Loire)

« Bé-hé qu’est-ce que c’est-y que c’t-engin là ? »

(arrêté devant une presse typo)

« Faut bien l’avouer quand même, c’est beau …»

(en sortant d’une salle d’expo)

« Le lino, c’est pas ce qu’on met par terre quand même ? »

(riant nerveusement après une explication)

« Mais, artiste c’est pas un métier, hein? »

(lors d’une discussion sur les artistes en général)

« Y a pas assez de couleurs, c’est pas d’ la peinture ! »

(en aparté avec sa voisine)

« Et … combien d’temps qu’y faut pour faire ça ? »

(l’oeil inquisiteur)

« Ben … ça vous occupe alors »

(rassuré)

« Mais alors, faut dessiner ? »

(déçu, pas trop content)

« Vous savez, avec une défonceuse, ou une petite fraiseuse ça irait beaucoup plus vite! »

(sourcils froncés du bricoleur)

« C’est pas ce qu’on faisait à l’école-primaire autrefois ? »

(regard très-très sévère, voire négatif)

« Mais oui, mais oui, je connais tu sais ! »

(à sa compagne intéressée, monsieur je sais tout)

***

Ma préférée, mais il s’agit d’une remarque d’un très jeune enfant lors d’une mini résidence en école, les enfants dessinaient des animaux et des personnages, et moi je les gravais et dessinais la forêt :

« Hé Jean Pierre, comment tu le sais alors ? »

« Comment je sais ? … heu, j’ai appris à graver … »

« Non-non, pas ça … »

« Quoi, alors ? »

« Comment tu le sais qu’il y a des animaux et des arbres dans le lino ? »

J’étais heureux que ça m’arrive ! J’avais lu qu’un jour, un enfant avait interpellé un sculpteur qui travaillait un bloc de pierre en lui demandant comment il savait qu’il y avait un cheval la dedans !

Et voilà, la véritable question pour un enfant n’est pas la technique, elle touche à la création, à la démarche qui nous fait partir de là pour arriver ici !

Dans le lino, il y a plein de choses, il suffit de savoir les chercher !

Tagué , , , , ,

Ponts de Loire et autrement …

Mon exposition personnelle  « Ponts de Loire et autrement » est donc ouverte depuis hier, à la galerie « Rive de Loire » à Ancenis.

Je peux enfin voir – ensemble – toutes ces gravures qui m’ont accompagné depuis plusieurs mois.

J’ai en ce moment une préférence pour « les travailleurs du pont », des hommes qui concurrencent la technique par leur travail, leur force physique, leur solidarité, et leur intelligence.

rive de loire - installation

Mais l’ensemble me plaît bien aussi, l’incroyable mélange de ponts presque réalistes avec des créations oniriques, fantasmagoriques, surréalistes, crée une atmosphère intrigante pour mes (rares pour l’instant) visiteurs.

J’ai fait un peu d’affichage et de papillonage (flyers …) et ici, les commerçants sont remarquablement accueillants.

Tout va bien, j’espère avoir beaucoup de visiteurs, qui seront aussi intéressés que l’on été les premiers !

Tagué , , , , ,

Bientôt « gravures de ponts » à Ancenis

affiche ancenis

L’exposition « Gravures de  Ponts » que j’organise seul à la galerie « Rive de Loire » à ANCENIS, place du millénaire, se prépare : l’affiche sèche dans l’atelier, et je prépare les encadrements, les cartels des oeuvres présentées, et les flyers que j’ai finalement décidé de réaliser avec « Tip Top » ma presse à platine quasi centenaire !

J’ai « réduit » la réduction de ma gravure « Les travailleurs du pont » et ne sais pas trop ce que cela va donner : suspense, on saura demain !

Tagué , , , , , ,

Une affiche pour mon expo « rive de Loire » à Ancenis

Mon exposition « Ponts de Loire » approche à grands pas, et je décide de reprendre une gravure qui se prêterait bien au thème des ponts : « les chevaux de feu ».

En effet, un triangle blanc accueillerait bien l’amorce d’un pont de bois, comme il en existe tant en Amérique : alors c’est parti, et j’imprime en deux couleurs.

affiche ponts

Pour une expo, il faut une affiche, alors avec ma fidèle Lulu, ma disciple préférée (!) on crée, on compose, cale et imprime dans la foulée.

J’aime bien les images très épurées, et l’affiche en est une, on va droit à l’essentiel, en reprenant l’image du pont d’Ancenis avec ses travailleurs.

Tagué , , ,

Un pont qui ondule, un autre qui chante, vive la linogravure !

Plus ça va, et moins je charge les gravures. À force d ‘épurer, je vais me retrouver comme Piet Mondrian, et faire une gravure blanche sur fond blanc, ou comme l’autre zozo, peindre en blanc des frigos … blancs.

Bon ne sombrons pas dans les facilités de l’art dit contemporain.

Même si c’est assez juste de penser qu’à un moment, les artistes ont voulu sortir de la toile, car « tout avait déjà été fait ».

Tout ça pour dire qu’en gravure, ce n’est pas ainsi que ça se passe : le blanc n’est pas celui du support, mais il est à créer : en dessinant on pose du noir sur du blanc, nous on creuse pour obtenir le blanc, et c’est ce qu’on épargne qui sera coloré : peut – être qu’on a un cerveau bizarre, juste un peu, mais quand même … (alors quand en plus l’image est inversée …)

C’est parfois acrobatique : ce qui est à gauche passe à droite, et en gravure, inversement, ce qui est à droite etc.

le pont qui ondule

Donc je suis dans mes ponts, et j’enlève beaucoup de matière, il y a aussi un plaisir quasi sensuel à enlever de bons gros copeaux, et à aplanir les fameux blancs ! J’ai fini et imprimé le pont qui ondule, j’ai ajouté un dégradé, pour les lointains, et affiné les traits : perspective ? Peut-être, alors que je joue plutôt à l’embrouiller !

Donc mes derniers ponts : celui qui ondule, et un autre encore plus dépouillé, dénudé, quasi nu, allez, même osseux ! C’est un pont avec un tablier de mots : des paroles sur les notes de « au clair de la lune » posées dans les haubans, et l’eau symbolisée par des ondulations typographiques. Je crois que seuls ceux qui sauront que c’est un pont retrouveront dans ma gravure les éléments d’un pont !

pont chantant

Si j’arrive à encore trouver du temps entre les impressions de l’affiche, les encadrements des estampes, et les petits enfants qui vont débarquer en pleine forme dans l’atelier, je grave un dernier pont : j’ai l’idée : un pont qui tourne, comme celui de Cheviré à Nantes, et qui s’enroule autour d’une Tour qu’une Femme-Loire enserre de ses bras… Bon, de l’idée à la réalisation, il s’écoule parfois plusieurs mètres cubes de réflexion !

Tagué , , ,

Un pont qui ondule sur la plaque de lino

Dans ma série des ponts, je continue mes créations, avec plus ou moins d’inspiration, parfois dans le sérieux, le figuratif précis (j’aime de moins en moins!) et plus souvent dans le fantastique, le surréalisme, la juxtaposition.

Et comme l’inspiration ne venait pas vraiment, j’ai imprimé des petits formats, en reprenant des idées anciennes, ou en jouant simplement avec les typo.

Et comme bien souvent, c’est en réalisant ces impressions que l’idée d’un pont qui ondule s’est comme imposée. Ondulations, donc courbes, arches, voûtes, ronds, cercles, sphères : c’était bon, je tenais la créa, et la tenais bien : vite, vite, vite, quelques croquis au stylo bille pour fixer l’image : je ne suis pas ordonné au point d’avoir un carnet de croquis, tout se fait sur des feuilles volantes, sans prendre le temps de bien lécher. Tant pis pour la postérité, et pour mes petites filles qui seraient bien contentes d’avoir ça « quand tu seras célèbre jipé ! »

pont ondulé

Le dessin sur la plaque de lino est dans l’esprit des croquis : le pont ondule sur un paysage, au premier plan, des sphères sont posées sur le sol, dans le ciel d’autres sphères arrivent. Je ne sais absolument pas pourquoi. Si vraiment il fallait une explication, ce serait : « l’inspiration du moment ». Je crois en fait que c’est ça : à un autre instant, ç’aurait été différent,d’où l’importance d’avoir les yeux, les oreilles, les mains et l’esprit ouverts !

Je pense à la couleur lors de l’impression : le pont noir les sphères du ciel bleues et celles du sol oranges. Sauf si au moment d’imprimer, je change d’avis, ce qui risque fort bien d’arriver !

Tagué , , ,

Linogravure, éoliennes, rêver jeunesse, l’art et la matière, et moi, et moi ?

Beaucoup trop de choses en ce moment à l’atelier, mais c’est souvent (toujours ?) comme ça : quand il ne se passe rien, il ne se passe vraiment rien, mais quand ça bouge, alors là …

Bon, un peu d’ordre dans tout cela. Tout d’abord, les éoliennes, ça ne se passe pas dans l’atelier, mais pas très loin, alors le temps d’y aller, de voir et de revenir, la tête déjà pleine de projets, d’air, de vent, d’Éole … C’est bien, je sais que je vais graver autre chose que du vent !

éoliennes 12mars15

Et ensuite, une expo qui me tombe dessus comme ça : les gravures de mes stagiaires passés, jeunes stagiaires, pour le festival « Polyglotte » : « rêvez jeunesse » Intéressant, ici aussi, j’ai rassemblé presque 6 années de travaux, je ne pensais pas les encadrer et les exposer ! Alors j’ai fait appel à de l’aide extérieure : ma disciple et sa petite soeur. On a bien travaillé, et l’expo fût prête à temps.

expo gravures bibli 2015

Ensuite, encore une expo, prévue celle-ci, à Sucé sur Erdre, avec le collectif « complicité d’artistes » et avec un thème : « l’art et la matière ». Avec Cathy, on a (enfin) réalisé une oeuvre commune : notre chambre, avec un entourage au crochet ! C’est très doux, et bien dans l’esprit de l’art et la matière ! Ensuite, des gravures tirées sur d’autres matières que le papier blanc : contreplaqué, toile d’artiste, carton enduit, papier kraft.

Avec tout ça, penser aussi à l’expo d’Ancenis sur le thème des ponts, cette fois un pont mythique, celui de La Roche Bernard, reliant la Loire-Atlantique à la Bretagne Sud. Je lui ai ajouté un « Ost » mêlé aux mâts des bateaux de plaisance : J’ai repensé à ce rocher déchiré en deux parties d’un seul coup d’épée par un vaillant et preux chevalier.

lrb,stmars,sucé

Et enfin, préparer mine de rien ma prestation « en live » à Saint Mars du Désert, lors de la fête « art démolition ». J’ai dessiné pas mal de phoenix, pour arriver à ceux-ci, peut-être définitifs, peut-être pas encore ! Déjà, j’hésite : recto ou verso ? Regard à droite, regard à gauche ?

Tagué , , , , ,
Publicités