Archives de Tag: linocut

La linogravure sans pouce

Hello !

Je vous disais récemment que mon pouce gauche soudainement adepte de la chaleur intense du four à pain m’avait un peu laissé de côté pour vivre sa vie.

Alors, ne pouvant graver, ou que de façon vraiment « malagauche », j’ai décidé d’imprimer, et de tenter de nouvelles techniques.

Comme j’avais presque terminée la gravure pour l’affiche de Blain, je l’ai quand même achevée (au sens honorable du terme) et j’ai essayé de l’imprimer en superposition, noire et grisé avec une rotation de 90°. J’ai tâtonné, (je dirai bien« pouçonné ») et j’ai fini par réussir à imprimer ce que je désirais !

Alors, comme ça marchait bien, j’ai continué à imprimer en dehors des sentiers battus : je voulais avoir une « har-pie » dans l’autre sens, mais comme je ne peux graver (pour l’instant) une idée s’est insinuée doucement : et si j’utilisais le tirage en cours pour l’imprimer aussitôt sur une autre feuille ?

J’aurai alors deux pies en vis-à-vis ! J’ai choisi un papier assez fort, bien calandré, très lisse pour qu’il n’absorbe pas trop d’encre et sans retirer la feuille imprimée de la presse, j’ai ôté la plaque gravée, placé à la place une plaque légèrement moins haute et posé une feuille du même papier en repérage de la feuille imprimée, et hop, pressé les deux feuilles l’une contre l’autre, et au bout de quelques essais, merveille, ça marche !

P1020892.jpg

Formidable, vite, vite, d’autres idées à venir pour ne pas rester benêt au pouce inerte dans l’atelier !

Tagué , , , , , , , ,

Une Harpie en linogravure

Je participe à un festival consacré à la harpe, et mes  gravures  actuelles sont guidée par le thème des harpes-animaux, alors, après avoir créé la « K-harpe » je travaille sur la « Harpie ».

C’est ma troisième gravure de harpes, et ma main s’est « faite » à la gravure des cordes, comme le format est plus petit, je n’ai pas rencontré de difficulté ici.

Le dessin a vite progressé pour arriver à ce que je désirais : mais c’est quand même l’impression des premières estampes qui a confirmé mon choix initial.

La linogravure fait 10/12 cm imprimée sur une feuille de 180g/cm2, de 18/24 cm, encre « vignette » noire, tirée sur presse Vandercook 62/90cm, un peu de luxe pour un si petit format !

la harpie mars 2018

Tagué , , , , , , ,

Un vélo noir sur un livre gris : une lino en trois pièces

Bonjour !

Pour imprimer en plusieurs couleurs, plusieurs méthodes existent. Je vais vous développer l’une de mes préférées : elle consiste à découper les plaques de lino avec une scie alternative à chantourner, équipée de lames très fines permettant de tourner sur place.

Ici, j’ai découpé la plaque du vélo et tracé le modèle complémentaire sur une autre plaque, que j’ai découpée. Le papillon existe sur une petite plaque rectangulaire.

Dans le lit de la presse, je dispose ces éléments, en bloquant la plaque du livre, ainsi que celle du papillon. La plaque du vélo vient s’imbriquer librement dans celle du livre.

J’encre tout d’abord le livre seul, la plaque du vélo est posée hors de la presse. J’imprime à deux reprises le livre sur papier de rebut, puis j’encre la plaque du vélo, la place dans le livre, encre en bleu ciel le papillon et j’imprime enfin la feuille de papier,que j’ai réservée pour cette estampe, sans ré-encrer le livre

Les avantages :

– J’utilise deux encres pour trois couleurs,

– Le gris obtenu sur le livre n’utilise pas de blanc hormis celui de la feuille, ce qui fait qu’il est compatible avec n’importe quelle nuance de papier !

le vélo et le livre.jpg

 

 

Tagué , , , , , ,

Quand la gravure est tirée, il faut la voir !

Bonjour !

La gravure de la « Kharpe » est finie, il me reste à l’imprimer : « quand la gravure est tirée, il faut la voir ! » (comme le bon vin)

Mais avant d’imprimer, je prépare l’encre : je désire un bleu ciel, en harmonie avec le papier jauni des vieilles partitions qui va recevoir l’estampe.

Avec mon nuancier, je choisis le ton qui s’accorde bien au papier, et ensuite, je mélange un ruban de 6cm de blanc opaque avec 1/3 de petit pois de bleu de Prusse (ça, c’est de la précision jpgraveur!)

La plaque gravée est placée dans la presse à épreuve, calée pour le format de la feuille et enfin encrée, l’impression peut commencer, et voilà le résultat :

impression de la kharpe bleue pâle.jpg
Tagué , , , , , ,

Linogravures : livre, vélo, harpes, loco !

Bonjour !

Le temps froid prévu cette semaine va me retrouver dans la cuisine : travailler, fainéanter, graver, dessiner, lire, écouter un cd …

En fait, je dessine, re-dessine, photographie mes dessins, les modifie, pour arriver à ce que je sens, confusément.

Par exemple, j’avais gravé Cathy sur son vélo, revenant le panier plein de livres. Quelque chose de figuratif, mais bien trop réaliste à mon goût. La plaque gravée dormait dans une des étagères de l’atelier, j’avais juste imprimé quelques exemplaires. Et la semaine dernière, je ressors les épreuves et la plaque : je modifie quelques détails, j’enlève des ombres : rien de bien créatif, mais bon, j’imprime sur du brouillon le résultat , « pour voir », et je découpe l’image.

Je la pose sur une grande feuille, place un papillon découpé, et soudainement, je vois le vélo sortir d’un livre !

projets mars 2018.jpg

Tout excité, je dessine, découpe, re-dessine, re-découpe et place tout cela ensemble, et ça me va, il y a matière : je prépare une plaque de lino pour le motif du livre, et la découpe pour que le vélo s’insère parfaitement : en plus je peux imprimer deux couleurs différentes. Il faut un titre à cette œuvre en gestation : le lendemain, c’est un texte : « Vélo » avec la définition du dico, et en dessous, « Livre » avec la définition du dico. Il me reste à graver et imprimer, facile !

Et comme les harpes m’encombrent encore un peu l’esprit, je joue avec les mots, harpe-carpe, harpe-pie, et je dessine, dessine, dessine et réfléchis déjà à ce que cela peut devenir, advenir, arriver, tout de suite, demain, un jour, jamais peut-être ! Pendant ce temps-là, la loco-zip se retrouve imprimée avec des papillons virevoltant tout autour, et une injonction : « Rêvez ! »

Tagué , , , ,

La linogravure de la harpe …

harpe imprimée.jpg

 

Bonjour !

La gravure de l’apparition dans la harpe est finie, il me reste à bien la nettoyer et la coller sur des lattes de bois qui l’amène à la hauteur typographique, et la rend ainsi compatible avec toutes mes presses de l’atelier.

plaque harpe encrée.jpg

Je la place dans la petite presse, envisageant un format papier de 30/40 cm. Dans un premier temps, j’imprime en noir sur papier blanc naturel.

Le résultat me comble, les cordes et le visage arrivent ensemble, et le corps de la harpe, bien noir, s’impose bien.

Je garde le coté « brut » de la gravure, je veux éviter de tomber dans une trop grande finesse, même si la harpe porte en elle ce sentiment, mais je suis graveur au XXIème siècle, éloigné des collègues du XIXème !

J’ai aussi envie d’imprimer sur de vieilles partitions un peu jaunies par le temps, mais vraies : à suivre.

Tagué ,

Les lycéennes, la forêt et la linogravure !

Bonjour !

Les lycéennes et lycéens du deuxième groupe qui travaillent sur les quatre éléments avaient choisi l’air et la terre.

Comme pour le premier groupe, on a dessiné et re-dessiné ensemble leurs créations, et ensuite gravé le lino souple.

Ce n’est pas évident de passer rapidement du dessin à la gravure : les traits facilement marqués au crayon deviennent parfois de grosses marques sur le lino gravé !

Que ce soit lors de stages ou d’interventions en école, je remarque souvent que certains ont le sens de l’outil, de façon quasiment innée, et réussissent immédiatement leur gravure, alors que pour les autres, c’est un peu plus difficile.

deuxième groupe lycée.jpg

On arrive cependant à un résultat et l’ambiance studieuse, un peu crispée au début cède doucement la place à plus de décontraction, et l’impression se passe aisément. Certaines vont même jusqu’à poser une deuxième couleur avec un coton-tige !

Nos œuvres communes sont donc achevées, ma forêt bien vide s’est empli d’eau, d’air, d’animaux, de flammes, de ruisseaux, de pluie, de vent, de tornades, de poissons, d’hippocampes, de feux, tout va bien !

Tagué , , , , , ,

La linogravure revisite la harpe

Bonjour !

Le temps bizarre de ces derniers jours oblige à être à l’intérieur : travailler, fainéanter, graver, dessiner, lire : tout cela !

En fait, je dessine, re-dessine, photographie mes dessins, les modifie, pour arriver à ce que « je sentais » un visage apparaissant dans les cordes d’une harpe, comme une inspiration Dali revisitée par un graveur.

projet harpe.jpg

Mais bien une créa, dont le dessin me plaît bien, mais dont la gravure va s’emparer, pour donner tout autre chose : la gravure en relief ne permet pas les traits fins des cordes et risque d’embrouiller le dessin initial, mais, mais, mais aussi d’apporter son style, sa signature, son effet, et peut-être gagner en évocation :

dessin plaque harpe.jpg

c’est l’impression qui le dira, en ce moment, je « patauge » dans un entrelacs de traits, et me perd un peu dans une abstraction surprenante, un peu surréaliste, heureusement, il y a la harpe, très figurative qui me sort de là !

début gravure harpe.JPG

gravure harpe cuisine !.JPG

Tagué , , , ,

Dimanche 17 septembre, journées du patrimoine, la lino au Château de Blain

Bonjour !

Dimanche 17 Septembre, pour les journées du patrimoine, je me déplace avec mes linos au Château … de Blain, évidemment, puisqu’au rez-de-chaussée, le musée de l’imprimerie ouvre ses portes avec animations et démonstrations d’impressions.

Pour tout ça, j’emporte une nouvelle oeuvre, jamais encore imprimée, et qui attendait sagement à l’atelier une occasion. Je prend le risque de réaliser la première estampe en public, alors que j’ai prévu une gravure avec au moins quatre couleurs !

Il s’agit d’une jolie nana joliment bronzée, allongée sur la plage, sous un parasol, avec comme titre « l’île au trésor » mais … protégée par … : à découvrir sur place !

Tagué , , , , , , , , , , ,

Des traces de pas en linogravure

Les empreintes, les traces, les pas : dans le sable, la neige, la terre m’ont souvent passionné. Pour un graveur, elles sont comme une gravure sans le graveur, une empreinte sans l’encre ni la presse, un signe qui force l’humilité de celui qui inlassablement travaille sur ces empreintes et essaye de les restituer dans son univers.

Alors quand une amie artiste m’a proposé de participer à une oeuvre commune sur ce thème j’ai dit oui ! Forcément.

Et depuis presque un mois, les traces et les empreintes trottent dans ma tête, parfois évidentes, et le lendemain beaucoup moins…

J’ai commencé par encrer les pieds de ma « disciple » préférée, puis ses chaussures, ensuite, j’ai cherché dans mes photos des empreintes de pieds dans le sable, enfin, je suis allé dans le jardin, j’ai bien ratissé la terre, l’ai tassée, arrosée, et pieds nus j’ai imprimé dans le sol mes propres empreintes de pieds !

De tout cela il va émerger quelque chose : depuis je dessine, je décalque, j’inverse, et j’avance, bien.

 

Tagué , , ,