Archives de Tag: créativité

Le Maître du bois !

Depuis le 15 mars, l’atelier, vibre autour des plaques de lino, enfin découpées et encrées une par une, pour réaliser pleinement mon image.

J’ai réalisé un puzzle, à seulement 5 pièces, que j’encre séparément, mais imprime ensemble.

Ensuite, je laisse mes 20 tirages sécher. Puis, reprenant chaque pièce du puzzle, et je les grave à nouveau, pour la deuxième couleur (système de la plaque perdue).Quand c’est fait, je reprends le processus : assemblage dans la presse, et impression en repérage – exact – par dessus la première couleur.

J’ai donc une estampe en plusieurs couleurs, à peu près accordées… sauf le vert ! Alors les mots de Gauguin me reviennent : « Si tu dois mettre du vert, mets le plus fort de ta palette » bon, tout va bien.

Les derniers états des pièces du puzzle méritaient peut-être un tirage à part : une gravure en noir et blanc ! J’ai fait une première expérimentation en or et argent, et aussitôt après en noir sur blanc. Ça fonctionne aussi !

dav
Tagué , , , ,

Mes nouvelles linogravures !

Voici mes nouvelles linos : réalisées pendant le confinement ! Du rêve, du doré, des livres !

Je vous indique le prix de chacune franco de port pour la France si vous êtes intéressé(e) :

Si vous en désirez une, un mail de commande et un chèque du montant à mon adresse :

406 la Bergerie 44390 Les Touches après confirmation de ma part, et c’est fait, je vous envoie la gravure par la poste.

« Attraper la lune » format 30/40 sur papier 170g ivoire en trois couleurs coût : 76 €

 » La Pêche dorée » format 30/40 cm papier 170g en trois couleurs coût : 86 €

« Semailles » linogravure en noir et blanc sur papier 180g 30/40 cm coût 81 €

« Rêve de lectrice » gravure en noir et blanc sur papier 170g, 40/30 cm. coût 81 €

« Des livres et toi » gravure en noir et blanc sur papier 180 g 40/30. coût 81 €

Tagué , , ,

Un attelage surgi du passé : une lino irréaliste.

Lorsque j’ai retrouvé la vieille photo de mon père datant des années 1940-1950, j’ai de suite pensé à en faire une gravure : c’est une photo en noir et blanc, bien exposée, mais avec peu de gris : du blanc & du noir.

Mais ce qu’elle me dit est de l’ordre du privé : il est donc nécessaire de l’insérer dans un autre univers, pas forcément compréhensible, comme raconter une histoire improbable, en dehors du réalisme, mais cependant bien concrète.

J’ai choisi les livres : ils sont depuis l’enfance des compagnons loyaux et toujours là. Alors, l’armoire de la photo devient une énorme caisse à livres, un peu percée, qui les laisse s’essaimer à tous vents, comme des semailles de culture : ça me plaît bien.

Question technique, d’une photo abimée, pas vraiment nette, j’ai au contraire voulu faire une gravure soignée, bien léchée, précise autant que peut l’être le support gravé, comme si tout ce qu’elle dit se passait maintenant. J’ai donc choisi des traits nets pour les roues à côté des aplats bien noirs de la mule. J’y ai passé 4 heures à dessiner, gommer, redessiner, décalquer les formes, puis 9 heures à graver, par périodes de 3 heures maxi.

Tagué , ,