SURRÉALISME

Ma femme rangeait des livres dans la bibliothèque, en bas. C’était le matin, sa robe remontait doucement, plus elle rangeait en hauteur. Évidemment, je l’ai prise en photo, pour une gravure, plus tard. Quand elle a vu le dessin, elle a protesté : « mais ma robe n’est pas si courte ! » Non, mais le dessinateur fait ce qu’il veut : petite robe bien plus courte, et toi bien plus longue et la bibliothèque bien plus large !

À regarder ce dessin, et les livres bien rangés en étagères, je pensais aux villages perchés du Sud, alors, les livres du haut se sont effacés devant une multitude de petites maisons étagées. Elle, cette fois , les rangeant.

Notre chatte qui avait faim, trainait par là, se frottait aux jambes, se retrouve sur le dessin : des toits, des livres, un chat, une femme. De quoi interpréter, évoquer, imaginer : l’oeuvre appartient déjà à celui ou à celle qui la regarde.

Tagué , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :