La gentillesse des gens

 

Je me promène dans la petite ville,

Vivi court devant moi,

elle est petite, et elle sautille encore.

Elle veut grimper à un arbre :

en ville, c’est difficile d’en trouver un à sa taille.

On finit par en découvrir, qui bordent une ruelle.

Elle se précipite vers l’un d’eux,

et l’escalade sans peine.

Elle rit, joyeuse,

mais crie qu’elle n’arrive pas à redescendre !

Une femme jeune et jolie passe près de nous

et se retourne en riant,

le vent ébouriffe ses cheveux et soulève sa jupe,

elle part, se retourne une dernière fois,

comme dans les dessins de Wolinski.

Je continue à jouer avec Vivi,

qui devient soudainement

la petite du journal de Catherine,

de Cabu.

les filles courent

Mes auteurs de BD de l’adolescence sont là,

doucement, et pour longtemps.

Je suis heureux avec eux,

malgré tout.

***

Et ce matin, Adeline, Caroline et Élizabeth

mes chères artistes linograveuses

sont venues papoter à la maison,

alors que le facteur apportait

une délicate gravure d’Elsa :

la vie reprend son cours

dans la gentillesse

des gens !

Publicités
Tagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :