l’amour de l’art en linogravure : pas à pas

Deux amoureux s’embrassent enlacés

devant la vitrine d’une

galerie d’art.

Mon appareil photo est prêt :

je cadre et je déclenche.

C’est évident ce sera une gravure :

l’appareil photo est mon carnet de croquis,

rapide, fidèle, facile

j’ai mis du temps à l’accepter comme tel

mais ça va, on est réconciliés :

la photo n’est qu’une étape dans la création.

J’ai agrandi, recadré, passé en noir et blanc,

accentué les contrastes, la luminosité,

enlevé des détails, dessiné, et dans la vitrine,

comble de l’artiste

j’ai mis mes propres gravures !

Quand le dessin est presque au point.

Je le reporte sur la plaque de lino

que j’ai préalablement

peinte à la gouache blanche et

collée sur un bloc de bois aggloméré

Vive le carbone !

Ensuite, je pose mes « noirs » au crayon  3B ou 4B

et pour éviter d’en mettre partout quand je vais graver,

je pulvérise un léger film de fixatif pour pastel .

La taille peut commencer :

Pour le lino j’utilise trois types d’outils :

la petite gouge en V pour « dessiner » les tailles

la petite gouge en U pour enlever la matière

les ciseaux droits pour dégager les bouts des tailles.

C’est tout pour aujourd’hui,

that’s all folks !


Publicités
Tagué

4 réflexions sur “l’amour de l’art en linogravure : pas à pas

  1. Geneviève dit :

    Génial de voir toute la démarche… C’est ça que je n’arrive pas à faire, l’équilibre entre les noirs et les clairs… Le dernier dessin que j’ai fait, il y a beaucoup trop de « blanc du papier »…
    Autrement, comme toi, j’utilise quelquefois la photo et, le carbone, presque chaque fois… Il faudrait aussi que je prépare ma plaque en blanc, ça donne sûrement une meilleure idée.

  2. Geneviève dit :

    Sauf que là je vois que tu as gravé dans le même « sens » que ton dessin… Tu ne l’as pas reporté en miroir, c’est un choix ?

    • jpgraveur dit :

      Bien vu tout ça !
      J’ai oublié de dire que j’ai inversé la photo tout de suite, pour travailler dans le même sens que ce que j’avais vu. Bien que ce ne soit pas indispensable dans ce cas : rien n’oblige à garder le « bon » sens. Mais poussant le bouchon encore plus loin, je me suis amusé à inverser les oeuvres en vitrine, de façon qu’à l’impression tout soit en ordre !
      Ce que j’apprécie encore plus ici, c’est l’énorme liberté du dessinateur qui enlève les voitures qui gênent, refait les ombres, accentue les plis des vêtements …

  3. Yannick dit :

    « Le baiser devant la vitrine » ; Doisneaugravure by Jean-Pierre.
    Que de travail ! Vivement la suite…

    A galon.

    Yannick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :