À force de les voir


A force de les voir, ces planches,

je ne les regardais plus ;

À force de les manipuler

un jour de rangement

(ça arrive quelquefois)

je les ai vues autrement :

comme des bois gravés !

Déjà gravés.

La tentation était forte

de les passer sous la presse

telles quelles, mais la main

qui sommeille en moi

ne l’a pas voulu :

elle demandait son dû !

Alors, épargnant le bois brut,

j’ai gravé la partie plane de la planche,

suivant même le fil du bois,

un petit village en est sorti

sous un ciel tourmenté

paisible au milieu des champs.

images village


Publicités

Une réflexion sur “À force de les voir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :